Et si le parti animaliste devenait le premier parti de France ?

·2 min de lecture

Les chats, les chiens, les castors et les hippopotames étant plus gentils que les humains, leur défense est progressivement devenue la priorité nationale. Lors des élections municipales du 28 juin 2020, le parti animaliste s'est imposé comme le premier parti de France.

A l'occasion de son numéro de fin d'année, "Marianne" vous propose une série d'uchronies : des réécritures de l'Histoire à partir de la modification d'un évènement passé. Le texte que vous vous apprêtez à lire relève par conséquent de la fiction.28 juin 2020. Hélène Thouy jubile. Au QG du parti animaliste, situé dans « le refuge GroinGroin » (Sarthe), une ferme de l’association L214, la fête bat son plein. La cacophonie est telle qu’on ne distingue pas les jubilations humaines des glapissements, des bêlements et des mugissements. « Le combat pour la justice ne fait que commencer ! », hurle dans le micro l’avocate aux yeux fardés de noir. Dans les sondages de ce second tour des municipales, personne n’avait vu venir cette marée animalière dans le paysage politique. Tout le monde avait parié sur les Verts. Mais c’était sans compter la passion soudaine des Français pour leurs petits chiens et leurs petits chats. Depuis le premier confinement, ces derniers sont souvent devenus leur seul confident.Le mardi suivant, au Conseil des ministres, le président se prend la tête dans les mains. Même Brigitte ne quitte plus Kiwi, un chat angora qu’elle a acheté en mars dernier et qu’elle coiffe toute la journée....

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?Projet de loi contre les "séparatismes", 20 milliards pour l'écologie, plan jeunesse : le discours de politique générale de Jean Castex