Le partenariat UE-Afrique et la pandémie de Covid-19

Par Alexandre Kateb* pour Theconversation.com
·1 min de lecture
Où en est le partenariat euro-africain ? La question mérite d'être posée alors que tous les pays préparent l'après Covid-19.
Où en est le partenariat euro-africain ? La question mérite d'être posée alors que tous les pays préparent l'après Covid-19.

Lorsque les premiers signes de circulation du virus ont été constatés sur le continent africain, en février-mars 2020, les pronostics les plus pessimistes ont été formulés. Un an plus tard, ces pronostics ont fort heureusement été démentis par la résilience de l'Afrique face à la pandémie, illustrée par une incidence et un nombre de décès dus à la Covid-19 beaucoup plus faibles, lorsqu'on les rapporte au nombre total d'habitants, qu'en Europe et dans les Amériques.

Bien sûr, d'un pays africain à l'autre, l'incidence du virus n'est pas la même. Les pays les plus « connectés » du continent, à l'instar de l'Afrique du Sud et du Maroc, ont été plus touchés. D'autres pays, plus isolés, ont été relativement épargnés. Mais, dans l'ensemble, la résilience est réelle, surtout si on la rapporte au niveau de développement des infrastructures sanitaires.

Parmi les facteurs avancés pour expliquer cette résilience, la pyramide des âges est l'un des plus plausibles. En Afrique subsaharienne, les moins de 15 ans représentent en effet plus de 40 % de la population. Leur proportion est de 30 % en Afrique du Nord. A contrario, seuls 3 % des habitants d'Afrique subsaharienne ont plus de 65 ans. Cette proportion monte à 7 % en Afrique du Nord mais elle reste très loin des niveaux européens : les seniors représentent par exemple un cinquième de la population en France et quasiment un quart en Italie.

À LIRE AUSSIL'Afrique face au Covid-19 : une situation contrastée

En Afrique [...] Lire la suite