"Partenaire de mes bavures": des policiers s'indignent d'une étiquette de vin humoristique de 1991 signée Charb

·3 min de lecture
La bouteille de vin
La bouteille de vin

"Le St-Émilion, partenaire de mes bavures". Une étiquette humoristique caricaturant un policier ivre, le nez rougi, sur une bouteille de vin a particulièrement irrité une partie des Commissaires de la Police nationale (SCPN) ce mercredi.

"Cette bouteille est en rayon chez Carrefour City à Nantes. On y voit un dessin de policier ivre, et la mention 'le partenaire de mes bavures'", souligne le syndicat dans un tweet amer.

"C’est une insulte à une profession, et indigne de cette enseigne", dénonce-t-il encore, avant de réclamer une réaction de la chaîne de supermarché ayant mis en rayon la fameuse bouteille de Bordeaux.

"Ça n'a rien de malveillant!"

Seulement voilà, le dessin n'est pas neuf. Cette étiquette a été réalisée en 1991 par le célèbre dessinateur satirique Charb, assassiné pendant les attentats de Charlie Hebdo en janvier 2015 à Paris, rappelle à BFMTV.com Gérard Descrambe, viticulteur dans le Bordelais. Ce vigneron était un grand ami de la bande de Charlie Hebdo. Philippe Vuillemin, Willem, le professeur Choron, François Cavanna, Carali.... Depuis les années 1970, de nombreux dessinateurs de l'hebdomadaire satirique avaient pris l'habitude de lui faire des étiquettes de bouteilles (ou encore des affiches) au ton humoristique. Parmi elles, cette fameuse caricature de policier au nez rougi par l'alcool, qui déclare: "le partenaire de mes bavures".

"Oui, ça n'est pas politiquement correct, mais ça n'a rien de malveillant!", se défend aujourd'hui Gérard Descrambe, qui affirme "ne pas comprendre une telle polémique".

"Mais bon, ils n'ont peut-être que ça a foutre, je n'en sais rien", se moque le provocateur.

"Charb était ami avec des tas de policiers! Mais ça n'est pas ça qui allait l'empêcher de faire un dessin satirique sur la police". D'ailleurs, ajoute-t-il, "la plupart d'entre eux trouvaient ce dessin très drôle", poursuit ce défenseur de l'agriculture biologique, qui était devenu le fournisseur de vin officiel de l'équipe d'Hara Kiri (anciennement Charlie Hebdo).

Il se souvient qu'à l'époque, l'équipe avait amené le dessin au commissariat de Libourne (Gironde), et que le commissaire, qui collectionnait ce genre d'étiquettes, avait "pouffé de rire" en la voyant. "Mais c'est bien vous sur la photo, non?", lui aurait ensuite lancé Gérard Descrambe, comme ultime provocation.

"Je pense que l'humour est une réaction plus saine et plus intéressante que la censure...", confie-t-il encore à BFMTV.com.

"Un hommage involontaire à Charb"

Sur les réseaux sociaux mercredi, de nombreux internautes se sont rangés derrière les bouteilles aux étiquettes satiriques de Gérard Descrambe, brandissant la liberté d'expression. Le frère du journaliste Philippe Lançon, un rescapé de l'attentat du 7 janvier 2015 à Paris, a même remercié le syndicat policier pour "cet hommage involontaire à Charb" dans un tweet.

"J'imagine que ça l'aurait fait marrer".

Face au flot de critiques, les policiers ont enchaîné en rédigeant un second message: "Nous aussi nous sommes Charlie, nous aussi nous avons de l’humour. Cela n’a rien à voir avec le dessin de Charb. Mais les policiers sont suffisamment attaqués et menacés pour ne pas laisser dire qu’ils commettent des bavures parce qu’ils sont alcooliques".

Le syndicat Alliance Police Nationale, lui, s'est targué d'une toute autre réaction ce jeudi sur le réseau social. "En ce jour de Beaujolais Nouveau, nous espérons que Carrefour et Charlie Hebdo lèveront le coude à la santé et en l'honneur des policiers blessés ou tués pour protéger la République et la Liberté", écrivent les syndicalistes dans ce tweet, accompagné du #libertédexpression.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles