Partager des photos de nourriture sur Instagram serait mauvais pour... la ligne

·1 min de lecture
70% des millennials – ceux nés dans les années 80 et 90 – partagent régulièrement des images de nourriture en ligne avant de la manger. (Photo Getty Images)

Ceux qui publient sur Instagram des clichés de leur repas sont plus susceptibles de manger davantage.

Des brunchs alléchants, des goûters gourmands, des dîners sophistiqués, Instagram regorge de photos de nourriture. Au détriment peut-être du tour de taille des photographes. Selon une étude rapportée par le Daily Mail, il faut plus de temps aux convives qui immortalisent leurs repas pour se sentir rassasiés. Ces derniers seraient alors plus susceptibles de vouloir une deuxième portion.

D’après de récents sondages, 70% des millennials – ceux nés dans les années 80 et 90 – partagent régulièrement des images de nourriture en ligne avant de la manger. Aux États-Unis, des chercheurs de la Georgia Southern University ont recruté 145 étudiants et les ont divisés en deux groupes. Tous ont reçu des assiettes de craquelins au fromage à grignoter, un groupe devait les prendre en photo avant de les manger. Les volontaires ont ensuite évalué ces craquelins et s’ils en voulaient d’autres. Résultat ? Ceux qui ont pris des clichés ont obtenu des scores plus élevés en termes de plaisir et ont davantage demandé une deuxième portion. Les conclusions ont été publiées dans la revue Appetite.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Les pates trop cuites, ça fait grossir et c’est mauvais pour la santé. Il faut les jeter"

Profiter de son repas

Selon les chercheurs, prendre des photos modifie la manière dont le cerveau perçoit la nourriture et augmente le besoin de plus de calories. "Les souvenirs de la nourriture et la démarche d'enregistrer la consommation peuvent affecter la quantité de nourriture que nous mangeons. Nos résultats indiquent que la prise de photos conduit à un plus grand manque de nourriture", résument les auteurs de l’étude. Avant de mettre en garde : "Ceux qui cherchent à manger de plus petites portions, en particulier des aliments tentants, devraient éviter de prendre des photos de ce qu'ils mangent".

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "En 1975, il y avait 11 millions d’obèses dans le monde. Il y en a plus de 300 millions aujourd’hui"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles