Une part du génome de l'insaisissable calamar géant décodée

Julie Kern, Rédactrice scientifique

Dans les mythes et légendes, le Kraken est une pieuvre colossale capable de couler un navire à la seule force de ses tentacules. Ce monstre mythique a été inspiré par un céphalopode décapode bien réel qui hante le fond de nos océans, le calamar géant (Architeuthis dux). Certaines cicatrices observées sur le corps de cachalots, son principal prédateur, témoignent de sa taille démesurée. Le plus gros spécimen découvert mesurait plus de 13 mètres, des nageoires à la pointe des tentacules. C’est presque la taille de celui imaginé par Jules Vernes dans Vingt mille lieux sous les mers. Malgré une dimension hors normes, le calamar géant n’a été que rarement observé vivant et son mode de vie et de reproduction reste bien mystérieux.

Comment comprendre une espèce aussi insaisissable ? En étudiant son génome ! Des chercheurs de l’université de Copenhague ont publié dans GigaScience une première ébauche de la séquence génomique du calamar géant. Grâce à celle-ci, l’anatomie et l’évolution de l’énigmatique calamar géant se précisent.

Un calamar géant échoué sur une plage de Wellington en Nouvelle-Zélande. Ce spécimen mesurait plus de quatre mètres. © Facebook, Ocean Hunter Spearfishing & Freediving Sprecialists

Un génome presque aussi grand que celui de l’Homme

De prime abord, le génome du calamar géant ne semble pas si intrigant que cela, il partage la plupart de ses gènes avec d’autres animaux. D’une taille considérable, il comporte 2,7 milliards de paires de bases, ce qui représente 90 % de la taille du génome de l’être humain. « En termes de gènes, le calamar géant ressemble aux autres animaux. Cela signifie que nous pouvons étudier des animaux vraiment étranges pour en apprendre plus sur nous-même », explique Carole Albertin du Marine Biology Laboratory et qui a participé au séquençage génomique du premier céphalopode.

Les gènes Hox sont un ensemble de gènes homéotiques présents chez la quasi-totalité des animaux bilatéraux. Ce gène détermine l’identité des différents...

> Lire la suite sur Futura