La part des anges (Arte) : que signifie le titre du film de Ken Loach ?

·1 min de lecture

En 2012, Ken Loach, plutôt habitué aux drames sociaux, tentait une rare incursion vers la comédie, sans toutefois oublier de raconter la vie des laissés pour compte, des quartiers populaires et de leurs habitants qui essaient de s'en sortir. Dans La part des anges, le cinéaste aux deux Palmes d'Or (Le vent se lève en 2006 et Moi, Daniel Blake en 2016) évoque avec son oeil aiguisé le quotidien difficile de Robbie, petit délinquant d'une vingtaine d'années, qui vient d'être condamné à des travaux d'intérêt général. Il travaille avec d'autres condamnés sous l'autorité d'un éducateur, Harry. Pour les récompenser de leur bon comportement, ce dernier les emmène à une dégustation de whisky. Robbie y révèle un don insoupçonné pour reconnaître les grands whiskies et leurs arômes subtils. Il décide d'en tirer profit...

Comme souvent, le cinéaste britannique est allé chercher des acteurs débutants pour incarner ses personnages principaux. C'est notamment le cas du personnage de Robbie, incarné par Paul Brannigan, dont c'est le premier rôle à l'écran. De son propre aveu, Paul Brannigan vient d'un milieu socio-culturel comparable à celui de son personnage. Pauvre, chômeur et père de famille, il a même effectué un court séjour en prison. Pour écrire le scénario de La part des anges, Paul Laverty, fidèle collaborateur de Ken Loach, a embarqué dans une virée avec son beau-frère sur les routes de la fabrication du whisky, allant de Bladnoch (au Sud-Ouest de Glasgow) à Old Pulteney (dans le Nord-Est (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Les Chatouilles (France 2) : le récit bouleversant d'une reconstruction par Andréa Bescond
Palm Springs (Prime Video) : la comédie romantique qui va vous faire du bien
"J'ai trouvé ça navrant" : Cauet dénonce l'intervention choc de Corinne Masiero aux César 2021
Mort du comédien Jacques Frantz, la voix française de Robert de Niro, Mel Gibson et Nick Nolte
Brigitte Bardot dézingue les César 2021 : "Requiem pour des c*** qui massacrent le cinéma"