Le parquet de Paris ouvre une enquête sur des fraudes "massives" au chômage partiel

·1 min de lecture

Pendant la crise du coronavirus, de nombreuses entreprises ont fait appel au dispositif de chômage partiel pour éviter de licencier leurs salariés. Ces derniers cessaient alors leur activité pendant qu'une grosse partie de leur salaire (84%) était prise en charge par l'État, et non plus par l'employeur. Mais certaines sociétés en ont profité pour abuser et déclarer du chômage partiel alors que leurs employés étaient bel et bien au travail. Le gouvernement avait donc promis, comme l'a fait une nouvelle fois la ministre du Travail, Elisabeth Borne, sur Europe 1 vendredi, de veiller à ce qu'elles soient sanctionnées.

Et le même jour, le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête sur des fraudes "massives" au chômage partiel.

>>Plus d'informations à suivre


Retrouvez cet article sur Europe1