Le parquet général de Reims fait appel du verdict dans le procès Tony

·1 min de lecture

Le parquet général de Reims a annoncé lundi qu’il faisait appel des d'emprisonnement infligées au beau-père et à la mère du petit "Tony", mort à trois ans sous les coups en novembre 2016. Le 5 février, la cour d'assises de la Marne avait condamné le beau-père de l'enfant Loïc Vantal à 20 ans de réclusion criminelle pour "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner sur un mineur de 15 ans" et "violences habituelles", une peine de sûreté des deux-tiers et un suivi socio-éducatif de 7 ans.

 

>> LIRE AUSSI - Mort du petit Tony : "Je ne pouvais pas m'arrêter de taper", reconnaît son beau-père

Son avocat, Me David Scribe, qui avait plaidé "’être humain derrière l’acte monstrueux", s’était déclaré satisfait, estimant que ce verdict était aussi "un soulagement" pour son client âgé de 28 ans. La mère du petit garçon, Caroline Letoile, avait quant à elle été condamnée à quatre ans d'emprisonnement, dont un avec sursis probatoire pour "non-dénonciation de mauvais traitements" et "non-assistance à personne en danger".

Des peines insuffisantes pour le parquet

L'avocat général avait pour sa part requis "la condamnation des deux accusés aux peines maximales encourues soit 30 ans de réclusion criminelle pour l'accusé Vantal et cinq ans d'emprisonnement pour l'accusée Letoile". "Leur condamnation à des peines de 20 ans de réclusion criminelle et de 4 ans d'emprisonnement a décidé le parquet général de relever appel de cette décision", a annoncé lundi le parquet général d...


Lire la suite sur Europe1