"Parler était un enfer" : ancienne bègue, Emily Blunt raconte comment elle a surmonté ce handicap

·1 min de lecture

À l’affiche du drame romantique Amours irlandaises, dont la sortie au cinéma se fait attendre en raison de la crise sanitaire, Emily Blunt joue le rôle de Rosemary, une agriculture irlandaise qui éprouve un amour impossible envers Anthony, un fermier interprété par l’acteur Jamie Dornan. Pour l’occasion, l’actrice s’est confiée au magazine Public sur son expérience sur le tournage, sur son expérience au cinéma, sur sa vie quotidienne en temps de pandémie, mais également sur un handicap qui l’a durement marquée durant sa jeunesse : elle est une ancienne bègue.

Pour l’actrice de 38 ans, qui a "mis des années à prendre confiance" en elle, parler était "une véritable épreuve". Malgré de nombreuses consultations médicales et des rendez-vous avec des spécialistes de la diction, rien n’y faisait : son bégaiement était toujours là. Emily Blunt affirme que ce handicap était héréditaire : "Mon grand-père et mon cousin sont bègues."

Son trouble a même suscité de nombreuses moqueries de la part de ses camarades de classe durant son enfance. "Parler était un enfer, j’étais humiliée par mes camarades. Je sentais les mots se bousculer dans ma tête, mais je n’arrivais pas à les faire sortir. Ils étaient coincés", dévoile l’épouse de John Krasinski, qui a également avoué avoir voulu devenir interprète lorsqu’elle était adolescente. "Mais avec mes problèmes d’élocution, c’était mal parti", explique-t-elle.

Alors, pour compenser, Emily Blunt a opté pour des cours de violoncelle. "La musique me permettait (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Le salaire de la peur (France 3) : comment l'Amérique latine a été reconstituée ... en Provence !
The Gentlemen (Canal+) : un film de gangsters jubilatoire ou une autoparodie laborieuse ?
Réouverture des cinémas : un plan de reprise en trois étapes avec des jauges progressives
Corinne Masiero recadre sèchement Stéphane Tapie qui l'a qualifiée de "laideron" dans TPMP
Nicolas Bedos évoque la dépression qui "l'a cloué au lit pendant des mois"