"ParlemenTerre": une association classe les députés en fonction de leurs votes pour l'écologie

À la veille des élections législatives, l'association Agir pour l'Environnement a souhaité informé sur l'action des députés en faveur de l'écologie, sur la base d'une sélection de 17 votes qui se sont tenus dans l'hémicycle durant les 5 dernières années. - BFMTV/parlementerre.fr
À la veille des élections législatives, l'association Agir pour l'Environnement a souhaité informé sur l'action des députés en faveur de l'écologie, sur la base d'une sélection de 17 votes qui se sont tenus dans l'hémicycle durant les 5 dernières années. - BFMTV/parlementerre.fr

Pionnier en la matière, un tableau publié ce dimanche à travers un site créé pour l'occasion, parlementerre.fr, trie à quelques jours du premier tour des législatives, les députés en fonction de leur vote en faveur de l'écologie. En tête du classement: de nombreux socialistes et Insoumis, une grande partie de "Liberté et territoire", quelques-uns d'"Agir" et du Modem et deux Républicains. Pas de trace de la République en marche, en revanche.

Cet index est le résultat du minutieux travail de l'association citoyenne Agir pour l’Environnement (APE). Les votes en faveur ou défaveur de l'environnement de chacun des 577 ​députés ces cinq dernières années ont été scrutés afin d'obtenir cette hiérarchisation. Cent élus affiliés à la majorité présidentielle achèvent le décompte.

17 votes analysés

De nombreux scrutins n'étant pas publics, l'association a réalisé son étude à partir de 17 votes connus. Parmi eux, on retrouve la fin de l’avantage fiscal sur l’huile de palme, la taxation des engrais azotés, l’interdiction des vols intérieurs quand il existe une option ferroviaire de moins de quatre heures, la lutte contre l’artificialisation des sols, la pérennisation d’un menu quotidien végétarien dans les cantines scolaires pour diminuer l’impact de l’élevage, l’arrêt des néonicotinoïdes et l’interdiction du glyphosate.

"Nous en avons choisi 17 dans le cadre de cinq lois structurantes pour l’environnement: orientation agricole EGalim, loi de finances 2019, orientation des mobilités, conditions de mise sur le marché de certains produits phytopharmaceutiques, lutte contre le dérèglement climatique et le renforcement de la résilience face à ses effets", a expliqué au Journal du Dimanche, Mathias Chaplain, tête du projet.

1 point par vote "vert"

Pour noter les parlementaires, l'association a suivi la méthodologie suivante: 1 point lorsque celui-ci a voté en faveur d’une loi considérée comme une avancée pour l’écologie, 0 en cas d’abstention ou d’absence, -1 s’il a voté en faveur d’une loi jugée nocive.

Dans ce classement, plusieurs suppléants qui ont remplacé leur député pendant les cinq ans précédents sont également notés. Cela explique pourquoi le tableau comporte 648 élus au lieu des 577 habituels. Pour chaque élu, vote et absence sont précisés.

La non inscrite, Delphine Batho et l'Insoumise Mathilde Panot caracolent en tête du classement citoyen. Guillaume Kasbarian, député LaREM d’Eure-et-Loir, Jean-Luc Fugit, député LaREM du Rhône et Zivka Park, députée LaREM du Val-d’Oise le ferment. Tous trois sont candidats à leur réélection dans leur circonscription.

Une ministre et l'abstention dans le viseur

La nouvelle ministre de la transition écologique, Amélie de Montchalin, se place en 595e position. De quoi alimenter les railleries de l'opposition, notamment des Insoumis, qui pointent ce mauvais score. "La méritocratie gouvernementale", ironise ainsi sur Twitter, Manuel Bompard.

Une position à aborder avec prudence, la ministre ayant été scrutée selon ses votes de parlementaire de 2017 à 2019, donc, avant son entrée au gouvernement. Elle n'a donc pas pris part à certains votes, mais a toutefois voté durant ses deux ans de mandat "contre l’interdiction du glyphosate, l’arrêt de l’incitation à l’huile de palme, l’indemnisation des victimes de pesticides ou encore contre l’interdiction des pesticides à proximité des habitations", détaille l'association.

Ce travail a également permis de mettre en exergue l'abstention importante des parlementaires lorsqu'il s'agit de voter sur des sujets écologiques. En moyenne 85 députés sont présents dans l’hémicycle lors de ces 17 votes, soit 14,8 % de présence, analyse le JDD qui s'est procuré le classement en exclusivité. Un signe de clivage entre les élus et la société civile plus concernée par ces questions, selon Agir pour l'Environnement.

876450610001_6306966979112

Ces absences peuvent également s'expliquer par l'organisation des partis, notamment En Marche, qui ne déplace pas tous ses députés en même temps à chaque scrutin et s'accorde sur une seule et même consigne de vote.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles