Parlement européen: un suspect dans l'affaire de corruption avec le Qatar va collaborer avec la justice

L'ex-eurodéputé Pier Antonio Panzeri, le 23 février 2017 - HOANG DINH NAM / AFP
L'ex-eurodéputé Pier Antonio Panzeri, le 23 février 2017 - HOANG DINH NAM / AFP

Rebondissement spectaculaire dans le Qatargate: l'ex-eurodéputé italien Pier Antonio Panzeri, suspect clé actuellement écroué, a accepté mardi de collaborer avec la justice belge et de livrer ce qu'il sait sur ce scandale de corruption présumée au profit du Qatar.

Au terme de cet accord, l'ancien élu socialiste s'engage à informer les enquêteurs sur le modus operandi de la fraude, les arrangements financiers avec des États tiers, l'identité des personnes "qu'il admet avoir corrompues" et l'éventuelle implication de personnes "non encore connues dans le dossier".

Ses déclarations devront être "substantielles, révélatrices, sincères et complètes", a précisé le parquet fédéral.

En échange de cette coopération, l'ex-député, devenu en 2019 dirigeant de l'ONG Fight Impunity établie à Bruxelles, sera condamné à une peine de prison ferme "limitée".

Son avocat Laurent Kennes a précisé que cette peine négociée avec le parquet n'excéderait pas un an ferme.

"Une peine de cinq ans sera prononcée, mais avec du sursis pour la partie excédant un an. Cela veut dire qu'il va subir un an en détention, dont une partie sous bracelet électronique", a affirmé Maître Kennes.

Un scandale international

Ce projet d'accord doit encore être validé par la chambre du conseil, juridiction de contrôle de l'instruction en Belgique.

Pier Antonio Panzeri, 67 ans, a été arrêté à Bruxelles le 9 décembre, jour d'une vague de perquisitions et d'interpellations au terme de laquelle une vice-présidente du Parlement européen, l'élue socialiste grecque Eva Kaili, s'est aussi retrouvée sous les verrous.

Même scénario pour l'assistant parlementaire Francesco Giorgi, compagnon de Eva Kaili, et pour Niccolo Figa-Talamanca, un autre responsable d'ONG, lui aussi Italien.

Ces quatre suspects, incarcérés depuis plus de cinq semaines, ont tous été inculpés pour "appartenance à une organisation criminelle", "blanchiment d'argent" et "corruption".

Ils sont soupçonnés d'avoir perçu de grosses sommes d'argent liquide du Qatar pour influencer en faveur de l'émirat les déclarations et prises de décisions politiques au sein de la seule institution élue de l'UE, notamment à propos des droits des travailleurs.

Dans cette enquête, le Maroc a également été cité. D'après la presse, le royaume chérifien a utilisé Pier Antonio Panzeri comme point d'entrée pour appuyer ses intérêts au Parlement européen. Le Qatar comme le Maroc ont fermement contesté ces allégations.

600.000 euros en espèce chez lui

Pier Antonio Panzeri fait figure de personnage central dans l'enquête. Lors du coup de filet du 9 décembre, la police belge a découvert à son domicile bruxellois 600.000 euros en espèces, selon une source judiciaire.

Il va désormais devoir s'expliquer sur l'origine de ces fonds et l'objet précis de la corruption.

Mardi, Maxim Töller, avocat de Marc Tarabella, a de nouveau vivement contesté que cet eurodéputé socialiste belge - dont la justice a demandé la levée de l'immunité - puisse être l'un des "corrompus".

"Que ce soit cadeau ou argent, Marc Tarabella n'a rien reçu", a affirmé l'avocat à l'AFP, assurant que les déclarations de Pier Antonio Panzeri aux enquêteurs, citées par le journal L'Echo, selon lesquelles il aurait versé au Belge "entre 120.000 et 140.000 euros", étaient fausses.

Le domicile de Marc Tarabella dans la région de Liège (est) avait été perquisitionné dès le 10 décembre dans le cadre de l'enquête mais aucun argent liquide n'avait été découvert.

Selon son avocat, Pier Antonio Panzeri est soulagé par l'accord avec le procureur fédéral. "Il sait où il va (en terme de sanction), tout est négocié, la peine est déterminée donc il peut s'exprimer", a fait valoir Maître Kennes.

Article original publié sur BFMTV.com