Le Parlement européen dénonce le travail forcé des Ouïgours dans la région du Xinjiang en Chine

·1 min de lecture

Dans une résolution votée au Parlement européen, les eurodéputés dénoncent les détentions arbitraires, la stérilisation forcée, la surveillance numérique et le travail forcé des minorités ethniques en Chine, et en particulier celle des Ouïgours dans la région du Xinjiang qui fournit 20% de la production mondiale de coton.

De notre correspondante à Bruxelles, Joana Hostein

Le Parlement européen dénonce le travail forcé de quelque 500 000 Ouïgours chargés de récolter du coton dans la région du Xinjiang, du coton fourni en partie à des multinationales européennes regrette Isabel Wiseler-Lima, eurodéputé luxembourgeoise : « Il semble indéniable que nombre des masques fabriqués en Chine que nous portons, ont été fabriqués dans le cadre du travail forcé, que la récolte du coton, utilisé dans nombre de vêtements que nous portons en Europe, a été faite dans le cadre du travail forcé »

Les députés européens appellent à interdire les importations de ces produits en Europe. Certains vont jusqu’à demander la suspension des négociations dans le cadre de l'accord d'investissement UE-Chine qui durent depuis 7 ans.

« Au nom de la lutte contre ces génocides, au nom des libertés fondamentales, j'appelle les dirigeants européens à suspendre toute négociation avec la Chine tant que l'absolue violence, tant que la répression, tant que les camps perdureront au Xinjiang», a dénoncé Yannick Jadot, eurodéputé écologiste français

Dans leur résolution, les parlementaires s’inquiètent aussi du sort des quelques 900 000 enfants ouïgours placés dans des centres d'accueil après qu'un de leur parent a été incarcéré dans un camp d'internement.