Le Parlement européen adopte le principe de listes transnationales pour les élections européennes

Le Parlement européen a adopté, mardi 3 mai à Strasbourg, le principe des listes transnationales pour les élections européennes. Cela s'est fait lors d'un vote serré : 323 voix pour, 262 voix contre et 48 abstentions. Cela constituerait un premier changement électoral au sein de l'UE depuis 1976.

Avec notre correspondant à Strasbourg, Jean-Jacques Héry

La création de listes transnationales de partis européens a déjà fait l'objet de plusieurs tentatives infructueuses par le passé. Cette fois-ci, elle est votée par le Parlement. L'idée est d'insuffler un nouvel élan à des élections européennes uniquement nationales dans les faits, et qui peuvent parfois servir, comme en France, de moyen pour sanctionner le gouvernement en place.

► À lire aussi : Élections européennes: quatre questions pour comprendre le scrutin

Avec le principe électoral actuel, la composition de la Chambre parlementaire européenne n'est que l'addition des résultats de 27 élections qui se jouent le plus souvent sur des enjeux nationaux au sein des États membres. Le projet adopté ce 3 mai ne met pas fin à cela, mais il propose d'accueillir 28 nouveaux députés au Parlement. Eux aussi seraient élus à la proportionnelle, mais dans une circonscription transnationale. Ils figureront sur des véritables listes européennes transnationales qui regrouperont des candidats des 27 États membres.

Des campagnes dans toute l'UE

Ces listes seront proposées par des coalitions de partis politiques nationaux, des associations nationales d’électeurs ou des partis politiques européens dont les candidats mèneront campagne dans toute l'Union pour convaincre un électeur qui aura deux bulletins de vote à choisir une fois dans l'isoloir.

« Si je prends un exemple pour illustrer : en Italie, il n’y a pas de partis verts extrêmement puissants, ils sont faibles et pas représentés. Vous pouvez être jeune Italien et avoir envie de voter pour aider le gouvernement italien, etc. Donc, vous votez pour le Parti démocrate, ou pour un autre, ce n’est pas grave. Et en même temps dire : "Mais ce serait bien qu’il y ait des écolos forts au Parlement européen. Donc, je vote pour la liste transnationale écolo" », explique Pascal Durand, eurodéputé du groupe parlementaire Renew, qui compte en son sein La République en marche.

Beaucoup d'obstacles restent à franchir avant une éventuelle entrée en vigueur de la réforme dès les prochaines élections européennes de 2024. Il faudra d'abord négocier avec le Conseil européen et réussir à obtenir l'unanimité des 27 États membres. Et ça, ce n'est pas encore gagné.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles