Le Parlement adopte définitivement la contestée loi de programmation de la recherche

20 Minutes avec AFP
·1 min de lecture

CHERCHEUSE - Cette semaine encore, des centaines d’enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses ont manifesté contre le projet de loi

Face au risque de « décrochage » de la recherche française, le Parlement a définitivement adopté vendredi le projet de loi de programmation (LPR), « un investissement historique » selon le gouvernement confronté à la défiance accrue de la communauté universitaire et scientifique. Le Sénat a donné l’ultime feu vert parlementaire par 244 voix contre 95. Opposés au texte, les groupes de gauche ont l’intention de saisir le Conseil Constitutionnel.

La ministre de la Recherche Frédérique Vidal a de nouveau loué « des moyens inédits », grâce à cette hausse de 30 % du budget entre 2021 et 2030, passant de 15 à 20 milliards d’euros par an. Le gouvernement promet l’injection par paliers de « 25 milliards » en dix ans, un calcul contesté par l’opposition qui critique une durée de programmation « beaucoup trop longue », sans assurance sur les investissements futurs. « La page de la dévitalisation de la recherche française est enfin tournée », a lancé Frédérique Vidal, en insistant sur la revalorisation des carrières ou le rôle complémentaire du « plan de relance »,(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Nobel de chimie : La ministre de la Recherche avait-elle salué « l’interdiction » des découvertes d’Emmanuelle Charpentier ?
La rémunération des gardes des internes en médecine augmente de 25 %
Recherche : Accord « historique » pour revaloriser rémunérations et carrières