"Parisienne" : le délicat chant d'amour de Sarah Lancman à sa ville et au jazz

Jean-François Convert

Le jazz a toujours entretenu un lien particulier avec la France et surtout Paris. Nombre de musiciens américains sont venus s’installer chez nous, et ont connu leur plus grand succès ici. Sarah Lancman perpétue cette tradition du jazz à la française en composant et écrivant aussi bien dans notre langue que celle d’outre-Atlantique. Son nouvel album justement intitulé Parisienne, renoue avec cet amour indéfectible entre jazz et Paname.


Un retour aux sources, sensible et mélancolique

Après avoir chanté sur tous les continents, et dédié son précédent disque Intermezzo à la musique italienne, Sarah Lancman revient célébrer sa ville natale, avec mélancolie, comme dans le premier titre de l’album, Et ainsi va la vie.


Une voix suave et délicate qui chante l’attachement et la nostalgie, mais surtout les intermittences du cœur.

Que ce soit dans la langue de Molière ou celle de Shakespeare, la chanteuse évoque ivresses soudaines, tourments de la rupture, mélancolies obstinées ou bonheurs fugaces.


J’ai du mal à écrire autre chose que des chansons d’amour

Sarah Lancman

Les swinguant The Moon and I et Love You More Than I Can Sing s’équilibrent avec le langoureux A New Start et son saxo très "parkerien", (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi