Paris va donner le nom de Samuel Paty à un lieu

·2 min de lecture

Après un hommage d'Anne Hidalgo à Samuel Paty suivi d'une minute de silence, la majorité, ainsi que nombre d'élus de l'opposition, ont voté en faveur de la dénomination d'un lieu dédié à l'enseignant d'histoire-géographie, à déterminer en concertation avec sa famille.

Le Conseil de Paris a voté mardi pour qu'un lieu de la capitale porte le nom de l'enseignant Samuel Paty, décapité le 16 octobre, au cours d'une séance animée par un discours des Verts et un couac informatique lors du vote. Après un hommage d'Anne Hidalgo à Samuel Paty suivi d'une minute de silence, la majorité, ainsi que nombre d'élus de l'opposition, ont voté en faveur de la dénomination d'un lieu dédié à l'enseignant d'histoire-géographie, à déterminer en concertation avec sa famille. Mais le vote, organisé à distance en raison des mesures sanitaires liées au Covid-19 a été marqué par un incident technique. Ainsi, 20 élus de différents groupes - dont plusieurs adjoints de la maire de Paris - ont été comptés parmi les abstentionnistes, selon les minutes du vote consultées par l'AFP. Au total, 122 élus ont voté pour et il n'y a pas eu de voix contre.

Le groupe écologiste, qui a voté pour ce voeu, avait déploré avant le scrutin que la règle municipale consistant à attendre cinq années après le décès d'une personne avant de nommer en son honneur un lieu de la ville ne soit respectée "à aucun conseil", s'attirant une réplique sèche de la maire PS Anne Hidalgo et des critiques de l'opposition. La présidente du groupe écologiste Fatoumata Koné avait expliqué avant le vote que le voeu n'était pas conforme au règlement intérieur, suscitant l'émotion de certains élus de droite ou associations sur les réseaux sociaux et la colère de Mme Hidalgo.

À lire :Samuel Paty, martyr de la République

"

Chacun prend ses responsabilités

"

Il faut "forcément un nom, un lieu, une place, une dénomination au nom de Samuel Paty, nous sommes tous d'accord", avait souligné Mme Koné avant le vote, mais "nous regrettons que le règlement ne soit(...)


Lire la suite sur Paris Match