Paris : une soixantaine de migrants et de militants se sont introduits dans l'hôtel de ville

© NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Ils avaient décidé d’une action coup-de-poing ce vendredi après-midi. Soixante personnes environ, des migrants et des militants pro-migrants du collectif La Chapelle Debout, ont forcé l’entrée de l'hôtel de ville de Paris et sont parvenus à pénétrer, les agents postés devant l’entrée principale du bâtiment ayant été forcés de les laisser passer, selon l’AFP. Tous réclamaient à rencontrer la maire de Paris, Anne Hidalgo , afin d’être relogés, en particulier « une partie des habitants de "l'Ambassade des immigrés" », une ancienne banque squattée rue Saulnier, dans le IXe arrondissement.

Lire aussi - « Ils ont menti » : Frontex visé par un rapport sur les renvois illégaux de migrants

Aux cris de « Paris, ville refuge du racisme », les membres du collectif voulaient dénoncer l’inaction de la Ville pour mettre en place des places d’hébergement d’urgence pour ceux qui dorment dans la rue, précise CNews . Lui reprochant de se « défausser sur l'État », La Chapelle Debout a demandé à la mairie , « a priori de gauche, qui revendique une politique d'accueil, contrairement à la préfecture », de « se mettre à agir elle aussi ». Dans un communiqué, ils ont aussi reproché à Anne Hidalgo et à son adjoint à l'Hébergement d'urgence et à la Protection des réfugiés, Ian Brossat, de faire « semblant de ne pas connaître la situation » alors que ce dernier « avait fait des promesses de relogement ».

Départ en milieu d’après-midi après une entrevue avec Ian Brossat

Le collectif dénonçait la fermetur...


Lire la suite sur LeJDD