Paris-Saint-Germain Autant de peurs que de mal

Libération.fr

Eliminé de la Coupe d’Europe mercredi à Barcelone (6-1), malgré son exploit du match aller (4-0), le Paris-SG peine désespérément à imposer sa discipline aux joueurs. Les centaines de millions injectés par les Qataris n’y peuvent rien.

On a répété ici que les monstrueux investissements (à l’échelle du foot) de Qatar Sports Investments (QSI) dans le Paris-SG, dont le budget est estimé à 560 millions d’euros par saison, ne pouvaient être compris que dans une perspective d’image, le club de la capitale étant aujourd’hui le principal vecteur de communication à l’international du petit Etat du Golfe. Depuis mercredi et le carton (6-1) essuyé par Thiago Silva et consorts sur la pelouse du FC Barcelone lors du 8e de finale retour de Ligue des champions, une soirée qui a fait du PSG le premier club à avoir lâché un avantage de 4-0 à l’aller en 59 précédents depuis la création des Coupes d’Europe, la marque Paris-Saint-Germain est devenue synonyme de lose XXL, un objet de folklore susceptible de faire naître un sourire jusqu’aux check-points interdisant l’accès de la jungle birmane ou aux quais du port de Valparaíso.

Vu de France, le club parisien a toujours été un objet rigolo - la traditionnelle crise de novembre, les chasses récurrentes à la taupe du vestiaire informant les journalistes, etc. Par la grâce d’une soirée catalane, c’est toujours un objet rigolo, mais mondialisé, à l’échelle de son époque et de ses ambitions. Un voyage en enfer vu de Doha.

Pourquoi le Paris-SG a-t-il sombré dans ces proportions ?

Sans doute tenus par la solennité du moment, qui s’impose parfois aux joueurs les soirs de désastre, deux bonnes âmes se sont dévouées pour expliquer de façon très précise ce qui s’est tramé sur la pelouse. Le défenseur belge Thomas Meunier : «On ne peut en vouloir qu’à nous-mêmes. On a été mauvais. En première période, on avait pas mal d’appréhension parce qu’on n’arrivait pas à garder le ballon. On se devait d’aborder le match de manière beaucoup plus sereine et (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

USA: des victimes d’abus sexuels réclament des sanctions contre la fédération de gymnastique
Surf: Leonardo Fioravanti, la «dolce vita» au creux des vagues
F1: Ferrari se reprend un peu à rêver
Paris-Nice: le dernier tour des sprinteurs
Endurance: décès d’Anthony Delhalle lors d’essais à Nogaro (circuit)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages