Paris-Roubaix : top départ pour la 119e édition de la mythique course de cyclistes

·1 min de lecture
© JASPER JACOBS / BELGA MAG / BELGA VIA AFP

La 119e édition de la course de cyclistes Paris-Roubaix a donné son top départ . À Camphin-en-Pévèle, secteur clé fait de pavés, le coureur qui passe en tête au carrefour de l'arbre, gagne la course. C'est ce que disent beaucoup d'habitués de la course. Sur deux kilomètres, la piste est extrêmement compliquée. Europe 1 a rencontré un groupe de coureurs amateurs. Arrivés face aux pavés, ils ont posé pied à terre. "On les connaît un peu. Et donc, on va faire demi-tour", précise l'un des amateurs en plaisantant. "C'est glissant. Ils sont disjoints donc automatiquement, c'est difficile", précise un autre, prévenant. "On n'est pas fou ! Vous ne l'avez jamais fait ? Allez-y, vous allez voir !"

Le soleil remplace la boue de l'édition précédente

"Le vélo tremble dans tous les sens et c'est l'enfer", confie un cycliste. Alors, cette année, retour du Paris-Roubaix au printemps, des pavés secs et du soleil. Rien à voir avec l'édition précédente en octobre dernier , où la pluie et une météo dantesque pour les coureurs avaient rendu les sols boueux.

>> LIRE AUSSI - Paris-Roubaix : vers une égalité des primes entre vainqueurs féminin et masculin ?

"Boueux, c'est du spectacle, mais pour eux ce n'est pas marrant. Là, ce sera mieux, même s'il va y avoir de la poussière." Les premiers cyclistes sont attendus au carrefour de l'arbre, peu avant 17 heures. Ici, on voit déjà énormément de Belges, de Flamands arriver. Beaucoup misent sur une victoire de Mathieu van der Poel, le petit-fils de...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles