Paris réfute les conclusions de l'Onu sur la frappe au Mali, dit le ministère des Armées

·1 min de lecture
PARIS RÉFUTE LES CONCLUSIONS DE L'ONU SUR LA FRAPPE AU MALI, DIT LE MINISTÈRE DES ARMÉES

PARIS (Reuters) - Le ministère français des Armées a réfuté mardi les conclusions du rapport de l'Onu selon lesquelles une frappe aérienne française aurait fait 19 victimes civiles début janvier au Mali, réaffirmant que seuls des djihadistes avaient été touchés.

Selon les extraits de ce rapport, la frappe conduite par la force Barkhane du 3 janvier dans les environs du village de Bounti, dans le centre du Mali, aurait tué 19 civils et trois hommes armés.

"Le ministère des Armées maintient avec constance et réaffirme avec force: le 3 janvier, les forces armées françaises ont effectué une frappe aérienne ciblant un groupe armé terroriste identifié comme tel", est-il précisé dans un communiqué.

"Plusieurs faits issus du rapport corroborent ce que l'état-major des armées avait constaté et rapidement affirmé: aucune femme et aucun enfant n'a été touché par cette frappe française, qui a neutralisé des combattants terroristes", peut-on également lire dans ce communiqué.

Tout en saluant le fait que la mission des Nations unies au Mali (Minusma) "puisse enquêter en toute indépendance", le ministère qui a partagé des informations avec les auteurs du rapport, émet de nombreuses réserves sur la méthodologie et le recueil des témoignages.

(John Irish, version française Myriam Rivet, édité par Nicolas Delame)