Paris récuse les observations d'une rapporteure de l'ONU sur le transfert de jihadistes français en Irak

franceinfo avec Reuters

Le Quai d'Orsay a qualifié de "pure spéculation" les observations d'une rapporteure spéciale de l'Onu à propos de l'implication éventuelle de la France dans le transfert de jihadistes du nord-est de la Syrie vers l'Irak, lundi 12 août. Agnès Callamard a interpellé le gouvernement français après que onze Français, capturés en Syrie par les Forces démocratiques syriennes (FDS) puis remis aux autorités irakiennes en février dernier, ont été depuis condamnés à la peine capitale.

La rapporteure spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires veut des éclaircissements sur le rôle éventuel de la France dans le transfert de certains de ses ressortissants depuis les zones contrôlées par les forces kurdes en Syrie. En Irak, ces détenus encourent la peine de mort en raison de leur appartenance présumée au groupe Etat islamique. Agnès Callamard évoque donc "plusieurs violations du droit international" dans un courrier officiel révélé par Le Monde et Le Figaro.

Paris dénonce des "allégations nullement étayées"

"Les allégations formulées par Mme Agnès Callamard ne reposent sur aucun échange préalable avec les autorités françaises, comme le prévoient pourtant les procédures spéciales du Conseil des droits de l'Homme", a réagi le porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères lors d'un point de presse électronique. "Elles ne sont nullement étayées, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi