Paris : les PV pour tapage nocturne en forte hausse depuis septembre

Par Le Point.fr
·1 min de lecture
Entre fin septembre et décembre, le nombre de PV pour tapage nocturne a augmenté de 146 % dans la capitale.
Entre fin septembre et décembre, le nombre de PV pour tapage nocturne a augmenté de 146 % dans la capitale.

C'est peut-être l'une des conséquences des mesures restrictives liées à la crise sanitaire. Du 25 septembre ? date à laquelle les bars ont dû fermer à 22 heures ? au 20 décembre, les PV pour tapage nocturne se sont multipliés comme des petits pains dans la capitale. Sur cette période, la préfecture de police de Paris a ainsi procédé à 1 800 verbalisations dans toute la région parisienne, rapporte Europe 1. La tendance semble être encore plus marquée dans Paris intra-muros, où près de 1 000 contraventions ont été dressées. L'an dernier, sur la même période, il n'y en avait eu que 405. Le chiffre est donc en augmentation de 146 %.

Ce phénomène demeure intimement lié à l'organisation de soirées clandestines, d'après Hugo Arer, commissaire à l'état-major de la préfecture de police de Paris. Les principaux responsables sont des personnes « âgées de 20 à 30 ans et qui avaient l'habitude de fréquenter les bars », indique-t-il au micro de nos confrères. Les fêtes clandestines sont parfois très organisées, note Europe 1, qui souligne la présence de videurs, de droits d'entrée payants, de sonorisation et de bars ouverts clandestinement.

Lire aussi Belgique : plusieurs Français arrêtés pour avoir participé à une orgie géante

Face à la multiplication des fêtes clandestines, qui concerne également d'autres villes en France, les policiers ont reçu des consignes de fermeté. Hugo Arer pointe ainsi les risques liés aux conditions sanitaires qui « ne sont clairement pas respec [...] Lire la suite