Paris Police 1900 : la costumière décrypte les costumes de la série événement de Canal+

·1 min de lecture

Pour créer les costumes de Paris Police 1900, la costumière Anaïs Romand devait trouver un style pour la série, en respectant la réalité de l'époque. Il fallait habiller plus de 90 silhouettes et de nombreux figurants. Tous les costumes ont été fabriqués par la production. Pour certains costumes, la costumière a pris le parti pris du réalisme, notamment pour les uniformes des policiers, ou encore, le costume officiel du préfet Lépine. Quand il pose pour son portrait, son costume est un authentique habit du début du XXe siècle.

Trois ateliers ont été utilisés. Le premier pour la fabrication sur-mesure des costumes pour les rôles principaux. Le deuxième pour la conception de prototypes en plusieurs tailles et différents tissus pour l'ensemble des figurants. Le dernier pour la réalisation des costumes dans les tailles définies pour la figuration. C’est dans le style gothique du 19e siècle que la costumière a puisé son inspiration, une esthétique "sombre et assez accessoirisée, ni pure ni nette". Hormis le costume du préfet Lépine, caractérisé par ses broderies et les cannetilles d’or qui ont été trouvées chez un loueur de costumes, l’intégralité des costumes a été fabriqués par la production, sur la base des costumes classiques de l'époque. "L'atelier était rempli des redingotes, des jaquettes, des complets vestons, des gilets masculins, des robes de jour et celles de promenade, des tailleurs, des robes du soir…" Fierté de la créatrice, les robes du bal qui respectent l'atmosphère (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

A Million Little Things (Salto) : quelle est la chose la plus difficile à jouer pour James Roday Rodriguez (Gary) dans la série ?
Demain nous appartient (spoilers) : le résumé en avance de l’épisode 868 du mardi 23 février
Ici tout commence (spoilers) : le résumé en avance de l’épisode 82 du mardi 23 février
Hélène de Fougerolles explique pourquoi elle a quitté la série Balthazar : "Ce n'était pas ma décision"
Neuf meufs (Canal+) : une conversation sur la sexualité entre Emma de Caunes et sa fille Nina lui a inspiré cet épisode