Paris-Orléans en 15 minutes : le projet fou d'une start-up parisienne

La société parisienne Jacques Vaucanson veut utiliser l’ancien rail en béton au nord d’Orléans pour créer une navette ultrarapide montée sur coussin d’air et propulsée à 450 km/h.

Et si les Parisiens pouvaient bientôt aller à Orléans en un quart d'heure ? C'est le projet fou de la société parisienne Jacques Vaucanson qui estime que ce sera réalisable à partir de 2025. Comme le rapporte Le Parisien, cette start-up d’une quinzaine d’ingénieurs travaille sur le train supersonique du futur : le SpaceTrain. Il s'agit d"'une navette montée sur coussin d’air et propulsée à 450 km/h par des moteurs alimentés par des piles à hydrogène et des batteries lithium-ion". Cela permettrait de relier Orléans en 15 minutes au lieu d'une heure actuellement.

La société a choisi de baser son laboratoire dans un bâtiment anonyme situé à Cercottes, au nord d'Orléans (Loiret). Elle y assemble actuellement un premier prototype à l’échelle 1/2. "Nous mènerons nos premiers essais partiels dès le mois d'avril, puis des essais complets fin 2020, avant de construire un prototype de taille réelle qui devra rouler sur un vrai rail en béton", a expliqué Faouzi Ben Ammar, responsable du développement, jeudi dernier devant le député Cédric Villani.

Objectif ? Concurrencer l'Hyperloop d'Elon Musk

La société parisienne Jacques Vaucanson veut directement concurrencer l'Hyperloop, une autre navette ultrarapide, testée dans le Limousin. Le projet de recherche industrielle a été lancé en 2013 par l'Américain Elon Musk. Afin de pouvoir le devancer, la direction de la start-up a demandé de l'aide au député LREM de l'Essonne afin de franchir les étapes administratives. Et le choix de s'installer à Orléans n'est pas anodin pour la société. En effet, les ingénieurs veulent utiliser le rail de l'ex-aérotrain appartenant à l'État.

>>> À lire aussi : Un centre d'essai de train Hyperloop débarque dans le Limousin

Problème, pour que la société puisse l'utiliser, la législation européenne impose un appel d'offres. "La France accueille à bras ouverts un projet nord-américain. Et retarde un projet français", s'est ainsi agacé Emeuric Gleizes, directeur général de la société, devant le député mathématicien.

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Doctolib : la start-up vaut désormais un milliard d’euros
L'incroyable projet de tunnel du créateur d'Angry Birds
Vent de fronde en banlieue parisienne contre le CDG Express, le "train des riches" des JO-2024
Le téléphérique urbain prend timidement son envol en Ile-de-France
Ryanair discute avec Airbus d'une commande pour Laudamotion