Paris comme vous ne l’avez jamais vu

Par Baudouin Eschapasse
·1 min de lecture
À la faveur du premier confinement, le photographe Stéphane Gizard a sillonné la capitale mais aussi ses alentours. Ici, l'autoroute A6, au printemps 2020.
À la faveur du premier confinement, le photographe Stéphane Gizard a sillonné la capitale mais aussi ses alentours. Ici, l'autoroute A6, au printemps 2020.

Anne Hidalgo l'avait rêvé, le confinement l'a fait. Lorsque Paris s'est brutalement vidé de ses voitures, le 17 mars 2020, le jour de son anniversaire, Stéphane Gizard, 44 ans, s'est dit qu'il devait absolument immortaliser l'événement. Il a donc pris ses boîtiers et son scooter et a sillonné la capitale.

« Cela faisait longtemps qu'en marge de mes reportages et de mes séries de portraits je réalisais des paysages dénués de toute figure humaine, peut-être influencé par un livre de Raymond Depardon sur le désert qui m'a beaucoup marqué [Errance, Seuil, NDLR] », confie le photographe passé par les agences Orop Presse et Contours.

« L'occasion qui s'offrait à moi était trop belle. J'ai arpenté tous les quartiers de la capitale, m'arrêtant pour déclencher lorsqu'une vue m'inspirait. Pendant deux mois, j'ai travaillé comme un forcené ayant l'impression incroyable que la ville m'appartenait. Je me disais perpétuellement que de telles circonstances ne se reproduiraient sans doute jamais », dit-il.

  • Les abords de l'Arc de Triomphe et les Champs-Élysées n'avaient pas été aussi déserts depuis 1940.
    Les abords de l'Arc de Triomphe et les Champs-Élysées n'avaient pas été aussi déserts depuis 1940.

    Les abords de l'Arc de Triomphe et les Champs-Élysées n'avaient pas été aussi déserts depuis 1940.&copyStéphane Gizard

  • Le photographe a sillonné, deux mois durant, les vingt arrondissements de la capitale. À gauche : la rue du Faubourg-Saint-Honoré et le quai Saint-Michel. À droite : la place Clichy.
    Le photographe a sillonné, deux mois durant, les vingt arrondissements de la capitale. À gauche : la rue du Faubourg-Saint-Honoré et le quai Saint-Michel. À droite : la place Clichy.

    Le photographe a sillonné, deux mois durant, les vingt arrondissements de la capitale. À gauche : la rue du Faubourg-Saint-Honoré et le quai Saint-Michel. À droite : la place Clichy.&copyStéphane Gizard

  • L'absence de circulation a permis à de nombreux espaces animaux de réinvestir la ville.
    L'absence de circulation a permis à de nombreux espaces animaux de réinvestir la ville.

    L'absence de circulation a permis à de nombreux espaces animaux de réinvestir la ville.&copyStéphane Gizard

  • À la station de métro Barbès (à gauche), même les trafiquants de cigarettes de contrebande s'étaient confinés !
    À la station de métro Barbès (à gauche), même les trafiquants de cigarettes de contrebande s'étaient confinés !

    À la station de métro Barbès (à gauche), même les [...] Lire la suite