Paris : voici le mur de verre de la tour Eiffel

Juliette Duclos

Ce jeudi, une première partie du futur mur de verre a été dévoilée. Objectif ? Empêcher tout risque terroriste sur le site.


« Ce que vit la tour Eiffel (VIIe) est une transformation profonde de ses conditions d’exploitation, explique Bernard Gaudillère, président de la Société d’exploitation de la tour Eiffel (Sete). Jusqu’à deux ans encore, on entrait comme on voulait, mais on a été obligé d’y mettre en fin. »

Ce jeudi, une première ébauche de la future ceinture de verre pare-balles a été dévoilée aux journalistes présents, soit une quinzaine de mètres sur les 500 m à venir. Et plus précisément 226,6 m du côté de l’avenue Gustave-Eiffel et 224,8 m le long du quai Branly. Les deux autres côtés seront fermés par des grilles métalliques, pour entourer complètement la tour Eiffel.


-

Près de 150 m de grille métallique, dont l’architecture est en lien avec la tour Eiffel, compléteront le mur en verre. LP/J.D.

« Une sécurité absolue »

Une cloison d’une hauteur de 3,24 m et 6,5 cm d’épaisseur, « à toute épreuve et d’une sécurité absolue », selon la Sete, qui a pour objectif de parer à un éventuel risque terroriste.

« Cette barrière anti-attentat a été testée dans d’autres lieux, relate le président de la Sete. Et tout ce que nous faisons en matière de sécurité, nous le faisons en collaboration avec le préfet de police de Paris. Rien ne se décide sans eux. » La paroi est, en plus, doublée de plots anti voitures-béliers.

« Le deuxième pilier de sécurité, c’est la présence de personnels armés aux portiques, depuis novembre 2015, rappelle Bernard Gaudillère. Et les militaires de Sentinelle resteront à la tour Eiffel, j’en ai l’assurance. »


-

Des militaires sont présents, à chaque entrée. La nouvelle enceinte a une capacité d’accueil de 15 000 personnes. LP/J.D.

« Un vrai défi »

Pour un coût total de 35 M€, entièrement assumé par la Sete, le chantier, démarré en novembre dernier, comporte également la rénovation des jardins historiques et des allées.

« C’était un vrai défi de (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Sur les Champs-Elysées, le renouveau des enseignes
La Chapelle, porte du crack de la capitale
Toxicomanes à Paris : «La Colline au crack est d’une indignité absolue»
Fumeurs de crack à Paris : des hommes et des femmes entre 40 et 60 ans
Suicide d’une salariée chez Tati : l’ancienne directrice ne remet pas en cause son management