A Paris, du karaté clandestin pour préserver sa "santé mentale"

Dans les sous-sols d’un magasin de meubles, ils s’entraînent clandestinement au karaté. Pour eux, braver l'interdiction liée à la crise sanitaire est une question de "santé mentale".