Paris : voici comment fonctionnera la nouvelle assemblée citoyenne, composée de 100 habitants tirés au sort

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© Sipa
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

 

L'assemblée citoyenne de Paris - créée à la mi-octobre - s'est réunie samedi matin pour la première fois. Le JDD y était. Cette nouvelle instance représentative rassemblera une demi-journée par mois 100 Parisiens tirés au sort. Ceux-ci joueront un rôle dans les choix politiques de la Ville, jure l'exécutif… même si l'opposition LR tord le nez. "Il y a urgence à réparer le lien qui unit les citoyens aux décideurs publics, explique Anne Hidalgo au JDD. Je ne crois pas aux solutions miracles. Je crois aux solutions concrètes qui permettent à chacun de constater que son avis compte. C'est précisément l'objet de cette assemblée de citoyens, disposant du droit d'interpeller le politique et de peser sur les décisions." Anouch Toranian, son adjointe chargée de la vie associative, de la participation citoyenne et du débat public, complète : "La décision a été prise en 2019, en pleine crise des Gilets jaunes. Nous ne pouvons ignorer le malaise démocratique, l'abstention, la radicalisation du débat public."

L'initiative est présentée comme "une première mondiale à l'échelle d'une ville de 2 millions d'habitants". Des municipalités françaises s'y sont mises cette année, comme Poitiers, Bourges, ­Villeurbanne ou Nancy ; jamais encore une capitale ou une mégapole. Paris a doté sa nouvelle instance d'un budget annuel de 40 000 euros, comprenant l'indemnisation des participants (44 euros par demi-journée, comme pour les jurys d'assises), leur formation et la mise à disposition d'un agent ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles