Paris: une femme poussée dans les escaliers du métro lors d'une altercation porte de la Chapelle

Mélanie Vecchio, avec Hugo Septier
·2 min de lecture
L'agression qui s'est déroulée porte de Chapelle  - Twitter
L'agression qui s'est déroulée porte de Chapelle - Twitter

Diffusée vendredi soir sur Twitter, une courte vidéo, visiblement tournée à l'entrée du métro porte de la Chapelle dans le XVIIIe arrondissement parisien à une date inconnue, montre l'altercation, pour des raisons qui doivent encore être déterminées, entre un homme et une femme.

Dans une ambiance tendue entre les deux protagonistes, et sous le regard d'une dizaine d'autres individus, la femme est filmée en train de s'emparer d'un téléphone brisé puis de le jeter au loin, avant de tenter de frapper son interlocuteur. En guise de réaction, celui-ci va pousser la femme dans les escaliers avant de s'enfuir. Après une chute de plusieurs mètres au cours de laquelle elle parvient à s'accrocher à une rambarde, elle semble se relever, sans qu'il ne soit possible d'en dire plus sur son état de santé.

Faits signalés à la police

Ce samedi matin, quelques heures après avoir annoncé vouloir créer un baromètre annuel censé mesurer l'ampleur du harcèlement de rue, la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa a dénoncé cette agression, toujours sur Twitter.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"J’ai signalé les faits inadmissibles relayés par cette vidéo, harcèlement de rue + agression physique révoltante, à la préfecture de police pour que l’auteur soit identifié et interpellé. Tout mon soutien à la victime", accompagnant son propos du hashtag #NeRienLaisserPasser.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

A noter que la vidéo relayée par la ministre ne présente qu'une version tronquée de la scène, massivement partagée sous le hashtag #LaRacailleTue. D'autres internautes ont depuis publié de nouvelles images montrant l'altercation plus en longueur.

Pas de dépôt de plainte

Le parquet de Paris a ouvert dans la journée de samedi une enquête pour violences volontaires ayant entrainé une ITT inférieure a 8 jours dans un lieu destiné à l'accès à un moyen de transport collectif, selon des informations de BFMTV. Les investigations ont été confiées au commissariat du 18ème.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La préfecture a également invité la victime à déposer plainte. Selon des informations de BFMTV, ce n'était toujours pas le cas en ce début d'après-midi.

Article original publié sur BFMTV.com