Paris: démantèlement d'un réseau de badges d'immeubles utilisés dans des affaires de cambriolages

Une enquête longue de plusieurs mois a permis de mettre au jour et de démanteler un vaste réseau soupçonné de trafiquer et de mettre en vente de faux passes pour pénétrer sans difficulté dans des immeubles. Au moins six personnes ont été mises en examens.

La sûreté territoriale de Paris a découvert et démantelé un réseau illégal de badges Vigik permettant d'ouvrir de nombreuses entrées d'immeubles, révèle Le Parisien ce dimanche.

C'est le groupe anti-cambriolage qui est à l'origine de cette vaste découverte de badges, profitant jusqu'alors à de nombreux cambrioleurs de la capitale. En février 2019, après avoir ouvert une enquête sur 129 vols par effraction à Paris et dans les Hauts-de-Seine, le groupe arrête six adolescents. En les interrogeant sur leur mode opératoire, les policiers découvrent que ces cambrioleurs présumés achètent des badges dans le quartier de Château d'Eau du 10e arrondissement de Paris.

Trois autres suspects sont alors interpellés. Travaillant dans une société de distribution de prospectus, Adrexo, ces trois personnes auraient volé à leur employeur les données permettant d'encoder les badges. L'enquête se poursuivant, les policiers découvrent une équipe plus importante. Au total, six personnes ont été mises en examen en octobre dernier. Selon les policiers, les suspects auraient vendu jusqu’à 150 badges par semaine, soit 6000 euros de chiffre d'affaires.

75% des suspects de vols avaient des faux badges

"75% des suspects de vols par effraction arrêtés à Paris étaient en possession de ses faux passes et la moitié d’entre eux avait été fournie par le même réseau de trafiquants", a souligné un policier, interrogé par Le Parisien.

500 cartes...

Lire la suite sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :