Pour Paris, les « déclarations apaisantes » d'Ankara ne suffisent pas

Source AFP
·1 min de lecture
« Il ne suffit pas que depuis deux ou trois jours, on constate des déclarations apaisantes de la part du président (Recep Tayyip) Erdogan, il faut des actes », a déclaré Jean-Yves Le Drian.
« Il ne suffit pas que depuis deux ou trois jours, on constate des déclarations apaisantes de la part du président (Recep Tayyip) Erdogan, il faut des actes », a déclaré Jean-Yves Le Drian.

Les désaccords s'empilent entre la France et la Turquie. Paris attend « des actes » de la part de la Turquie en amont du Conseil européen de décembre qui abordera la question de nouvelles sanctions contre Ankara, a déclaré dimanche 22 novembre le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

« Il ne suffit pas que depuis deux ou trois jours, on constate des déclarations apaisantes de la part du président [Recep Tayyip] Erdogan, il faut des actes », a-t-il souligné dans l'émission Le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI », alors que le dirigeant turc a appelé samedi l'Union européenne au dialogue. Parmi ces actes attendus, « il y en a qui sont simples à faire en Méditerranée orientale, en Libye, il y a aussi qui sont simples à faire au Haut-Karabakh », a-t-il affirmé.

« Nous avons beaucoup de désaccords » avec Ankara, a rappelé le chef de la diplomatie française, en citant la « volonté expansionniste » d'Ankara, une « politique du fait accompli » en Libye, en Irak et en Méditerranée orientale, « où ils agressent de fait deux pays membres de l'Union européenne, la Grèce et Chypre », ou encore « au Haut-Karabakh, où ils envoient aussi des mercenaires syriens ».

Lire aussi Dissolution des Loups gris, enquête sur ces activistes islamo-nationalistes

Les sanctions pourraient se durcir

« L'Union européenne a annoncé au mois d'octobre qu'elle vérifierait la posture de la Turquie sur ces différents sujets au moment du Conseil européen de décembre, dans quelques j [...] Lire la suite