A Paris, un centre de vaccination éphémère adapté aux livreurs

·4 min de lecture

Point de passage et de rassemblement des coursiers franciliens, la place de la République à Paris accueille depuis lundi et pour quelques jours un centre de vaccination contre le Covid-19, qui cible en priorité ce public précaire.

Casquette noire et blanche, lunettes bleues et tatouages aux mollets, Mauricio affiche un style de sportif décontracté. "Ca fait pas mal, j'imagine ? Je vais pas pleurer ?", demande ce Mexicain de 35 ans, en France depuis 2013, au moment de se faire vacciner. Avant de relativiser: "Je me suis déjà fait piquer par un scorpion..."

Livreur pour un sous-traitant de La Poste, cet architecte de formation s'est fait vacciner à l'improviste, en quelques minutes, dans l'un des 4 barnums installés pour 5 jours minimum - le test pourrait être reconduit - dans un coin de la place, célèbre pour sa monumentale statue et ses manifestations. "Je travaillais, je suis passé prendre un café, j'ai vu le centre, des gens m'ont appelé: +Viens te faire vacciner+!"

- "Je vais réfléchir" -

Les médiateurs de la Croix-Rouge déambulent pour convaincre les publics précaires, et en particulier les livreurs à vélo, nombreux sur ce lieu de passage, d'aller se faire vacciner.

"Certains viennent convaincus, d'autres pour se renseigner, prendre la température, voir comment ça se passe et sûrement revenir plus tard", espère Lena Uvalle, une étudiante de 20 ans qui officie comme médiatrice.

Tel ce livreur reparti après discussion, et qui reste à convaincre. "Il y a des polémiques sur le vaccin, je suis entre les deux, je vais encore réfléchir", explique l'homme qui s'exprime aussi bien en français qu'en arabe. "Personne ne peut assurer que dans le long terme, il n’y aura pas d'effet indésirable."

Un peu moins sceptiques, d'autres ont sauté le pas. Même s'il a "un peu" peur du vaccin parce qu'on en a "dit du mal", Azimollah, réfugié afghan de 24 ans, attend les 15 minutes réglementaires après vaccination. Et explique dans un français sommaire qu'il était "compliqué de prendre rendez-vous comme ça" et que la notification reçue via l'application Uber Eats l'a décidé.

En concertation avec les plateformes Deliveroo, Uber Eats et Frichti, l'Agence régionale de santé (ARS) d'Ile-de-France a cherché à faire du sur-mesure pour cette opération dite "d'aller-vers" qui doit faciliter l'accès à la vaccination.

"Auparavant les démarches auraient été un peu plus embêtantes, là du coup j'en profite, je me dis qu'il faut le faire maintenant", abonde Guillaume, livreur de 46 ans, qui redoute tout de même "d'éventuels effets secondaires."

Parmi la centaine de personnes vaccinées lundi, une belle histoire, pour commencer. "La première personne vaccinée hier pleurait parce qu'elle n'avait pas de couverture sociale et qu'elle se disait qu'elle n'y avait pas droit", raconte Aurélien Rousseau, le directeur général de l'ARS francilienne.

- Du sur-mesure -

Un centre ouvert seulement l'après-midi les jours de semaine, car les livreurs "commencent leur livraison à 11h-11h30 et n'arrivent pas à l'avance", sur un lieu "de rassemblement naturel" pour eux, équipé de plusieurs stations de vélo en libre-service, explique Marine Darnault, chargée des opérations éphémères à la délégation de Paris de l'ARS.

La semaine choisie ne l'a pas non plus été au hasard: en plein coeur de l'Euro de football, qui génère habituellement beaucoup de commandes, et avant les premières vagues de départ en vacances, synonymes d'évaporation de la clientèle.

Si une trentaine de personnes seulement ont défilé en une heure, "vacciner des personnes qui ne seraient pas allées en centre de vaccination, ça vaut double, triple", assume Aurélien Rousseau, qui espère "qu'elles puissent dire autour d'elles que c'est simple, facile, (…) que les effets secondaires sont extrêmement limités".

Alors que l'Ile-de-France a franchi le cap du million d'injections hebdomadaires la semaine dernière, "banaliser l'acte vaccinal" et "tout tenter pour faire éclater ce plafond des inégalités sociales" reste pour M. Rousseau une priorité face à la menace du variant Delta.

"Les jours qui viennent seront décisifs", affirme-t-il avec la volonté de "gagner 20 points de vaccination" par rapport aux 56% des plus de 12 ans qui ont reçu au moins une première injection.

pyv/cs/mpm

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles