A Paris, bientôt de nouveaux sièges anti-SDF dans le métro ?

Libération.fr
Photo du quai de la station de métro Stalingrad, sur la ligne 5, le 17 mars 2017.

L'installation expérimentale de nouveaux types d'assises par la RATP sur le quai de la station de métro Stalingrad interroge.

Depuis quelques jours, la RATP expérimente de nouveaux types d’assises sur les quais du métro de la station Stalingrad, à Paris. Des sortes de sièges ou de banquettes qui n’en sont pas vraiment et qui s’apparentent à des blocs inclinés de couleur bleu. 

Après avoir retiré les bancs des rues, on s’assure maintenant d’empêcher les SDF de dormir/s’allonger dans les stations de métro… pic.twitter.com/L4k2wGU8Uw

— 👁 LaLagency 👁 (@FrenchAmerican9) 16 mars 2017

A y regarder de plus près, on ne peut s’empêcher de se demander si la structure même de ces modules et le peu d’espace qui les sépare ne sont tout simplement pas étudiés pour entraver l'installation des sans domicile fixe. Que ce soit dessus ou entre. D’autant que dans cette station, ils sont nombreux à y dormir. L'initiative n’étonne pas certaines associations leur venant en aide et notamment celle du Carillon, qui commente : «C’est malheureusement la politique actuelle du mobilier urbain».

Contactée par Libération, la RATP reste trés évasive sur le sujet. «Ces nouvelles assises offrent une possibilité de s’asseoir à tous les voyageurs et facilitent le nettoyage», argumente-t-elle. Lorsqu’on les questionne sur le lien de causalité entre la mise en place de ces sièges et les SDF, l’entreprise se dit «très mobilisée et préoccupée par ce sujet» avec la création en 1994 d’une équipe dédiée, le Recueil Social, «pour prendre en charge les SDF» séjournant sur son réseau et les orienter vers des «structures adaptées». Avant de concéder, qu'«en effet, les espaces de la RATP ne sont pas adaptés à des séjours prolongés et le métro ne peut avoir vocation à devenir un lieu de vie et d’accueil des personnes sans domicile fixe, car rien n’est pensé comme tel.» Elle rappelle aussi que «le métro ne dispose pas de moyens d’accueil ni d’installations d’hygiène» et que «par ailleurs il est (...) Lire la suite sur Liberation.fr

L’entourage sulfureux de Marine Le Pen, dans la lumière malgré lui
Vol de coke au «36» : peine maximale pour l'ex-policier des stups Jonathan Guyot
Le point sur l'actu de ce vendredi
Formalité ou course d’obstacles, la chasse aux parrainages est close
Présidentielle: Poutou du NPA revendique 523 parrainages

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages