"Paris-Beyrouth", le voyage "électroriental" de Cyril Mokaiesh

franceinfo Culture avec agences

Cyril Mokaiesh, une des voix les plus attachantes de la chanson française, s'est rendu au Liban, terre familiale, pour signer son quatrième album, bijou intimiste entre vibrations électro et orientales.


"Le Liban est en moi"


"Le Liban est en moi, c'était le moment d'aller à sa rencontre et d'aller à ma rencontre, car quand on tire le fil de ses origines on en apprend sur soi. On a envie de se regarder droit dans les yeux", éclaire pour l'AFP le trentenaire, dont le nouvel opus est sorti il y a quelques jours.

Lui est né à Paris, d'une mère française et d'un père libanais qui "a vécu là-bas jusqu'à 30-35 ans, puis comme beaucoup est parti au moment de la guerre civile" (1975-1990). "Mon frère est né là-bas, ma soeur en France, j'ai entendu parler arabe à la maison mais je ne l'ai jamais appris, j'essaye de me rattraper mais je me demande si ce n'est pas trop tard", poursuit-il de sa voix posée.


Il n'était passé qu'en coup de vent au pays du Cèdre, y est resté plus longtemps cette fois. Des voix et des séquences de oud, instrument traditionnel joué notamment par la pointure libanaise Ziyad Sahhab, ont été enregistrées au Liban, où vit toujours la grand-mère du chanteur.


"Retrouver l'émerveillement"

Cyril Mokaiesh voulait "retrouver l'émerveillement", citant "Baudelaire : Le génie, n'est que l'enfance retrouvée à volonté". Son disque - agrémenté dans sa version collector d'un beau livre de photos prises au Liban - (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi