Paris: au cœur d'une fête clandestine organisée sous le boulevard périphérique

Olivier Gallup, Mélanie Vecchio avec Hugo Septier
·2 min de lecture
Le fête clandestine organisée le 20 février à Paris  - BFMTV
Le fête clandestine organisée le 20 février à Paris - BFMTV

Un DJ, de la musique, une piste de danse... l'atmosphère rappelait le monde d'avant le Covid-19. Nous avons pu infiltrer samedi soir une soirée clandestine, organisée dans un local technique à l'abri des regards aux abords du périphérique parisien, à hauteur de la porte d'auteuil, dans l'Ouest de la capitale.

"J'ai découvert cette soirée par hasard, je sors du travail autour de 22 heures et je prends un VTC qui me parle de personnes à pied sur le périphérique. Je décide d'y aller, je ne sais pas où il faut aller et je croise une personne seule avec une bouteille à la main", témoigne notre journaliste.

Entrée gratuite mais pas de gestes barrière

Après avoir emprunté une porte de service située le long du boulevard et à la suite de longues minutes de marche, les premières notes de musique se font entendre, et c'est une boite de nuit installée dans une grande salle, qui semble désaffectée, qui apparaît.

"Je suis saisi par le nombre de participants, j'ai l'impression d’être en boite de nuit, il n'y a pas de gestes barrière parmi la centaine de personnes présentes. Je suis le seul à porter le masque. La soirée est gratuite, il n'y a pas de prix d'entrée ni de consommations à la vente", ajoute-t-il.

En ce qui concerne le profil des participants, il est divers. Parmi les personnes présentes, des jeunes "d'une vingtaine d'années", mais aussi des personnes en tenue de travail ou parfois bien apprêtées. "Des personnalités différentes venues faire la fête", souligne le journaliste de BFMTV.

Intervention policière probable

La police est-elle intervenue pour faire cesser le rassemblement? "Je suis parti vers minuit et demi, j’en voyais encore arriver", explique encore Olivier Gallup.

"Un de nos collègues m'envoie une photo de l'endroit quelques heures plus tard, il y a une déviation de la police à l’endroit de l’entrée et on peut supposer qu'il y a eu une intervention."

Ce dimanche matin, BFMTV a appris que cinq personnes, les organisateurs présumés de l'événement, ont été interpellés au cours d'une intervention policière. Les forces de l'ordre ont également saisi le matériel retrouvé sur place, elles ont été alertées par des mouvements sur le boulevard périphérique aux alentours de 1h20 du matin.

En cette période de crise sanitaire, les organisateurs de fêtes clandestines risquent jusqu'à un an de prison et 15.000 euros d'amende pour "mise en danger de la vie d'autrui".

Article original publié sur BFMTV.com