Paris : une ancienne salle de concerts, investie par des "gilets jaunes", a été évacuée

franceinfo

Une occupante de cet endroit baptisé "Maison des Peuples" affirme que "c'est une évacuation illégale. (...) D'autant plus que la trêve hivernale a commencé."

Quatre jours après l'installation progressive d'une centaine de "gilets jaunes" dans un bâtiment désaffecté qu'ils ont surnommé "Maison des Peuples", dans le 20ème arrondissement de Paris, les forces de l'ordre ont procédé à son évacuation en fin d'après-midi dimanche 17 novembre, rapporte une occupante à Franceinfo. La Maison des Peuples, "un endroit de résidence, pour des personnes qui n'en ont pas", explique Gwen (le prénom a été changé), une occupante, n'aura pas eu la longue vie que les "gilets jaunes" espéraient. Le lieu, l'ex-Flèche d'or, une ancienne salle de concerts restée vide depuis deux ans, était occupée depuis jeudi 14 novembre, jusqu'à l'arrivée de la police dimanche après-midi, qui avait prévenu de son intervention quelques heures auparavant.

"Le bâtiment abritait une vingtaine de collectifs, qui pouvaient être écolos, anti-répression... pour permettre une convergence des luttes. Beaucoup de "gilets jaunes" mais pas que. On était une centaine", résume Gwen. "J'ai eu notre avocate au téléphone, c'est une évacuation illégale", assure Gwen, 33 ans. "Ils ont refusé de prendre nos dossiers de preuve comme quoi ça fait plus de 48 heures que des personnes habitaient à l'intérieur. Or, dans ce cas-là, normalement, il y a une procédure judiciaire qui se met en route et on ne peut pas nous expulser. D'autant plus que la trêve hivernale a commencé".

Évacuation dans le calme

Les forces de l'ordre ont signalé à l'occupante que les propriétaires du lieu avaient porté plainte pour dégradation. La venue d'un huissier samedi 16 novembre n'a pas arrangé les choses, rapporte Gwen. Dimanche après-midi, "les policiers ont utilisé un bélier pour ouvrir la porte. Quand on parle de dégradations, elles viendront plutôt d'eux que de nous". Gwen assure qu'à part cette entrée fracassante, l'évacuation s'est déroulée dans (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

À lire aussi