"Les parfums" : la comédie ambitieuse de l'été

Les parfums, de Grégory Magne, avec Emmanuelle Devos, Grégory Montel… Sortie le 1er juillet.

Anne Walberg fut autrefois une star des fragrances. Son odorat exceptionnel et son immense talent pour concevoir des parfums assuraient sa popularité dans l’univers du luxe. Aujourd’hui, Anne n’est plus que l’ombre de ce qu’elle fut et elle avance dans l’existence telle une diva déchue, en ruminant ses frustrations et en vouant aux gémonies ses contemporains.

Suite à la perte de son odorat, l’héroïne mal-en-point n’exerce plus son métier au sein des grandes marques qui la snobent, mais doit accepter des tâches moins reluisantes. Au gré de ses aventures, Anne Walberg, rongée par l’égoïsme et les frustrations, rencontre Guillaume, un homme qui enchaîne les désagréments professionnels et qui lui sert de chauffeur. Entre ces deux personnages que tout oppose a priori, une étrange amitié voit le jour.

"Nez" et "loser"

Un « nez » qui ne sent plus grand-chose et un « loser » qui peine à joindre les deux bouts… Dans Les parfums, Grégory Magne (auteur d’un premier film en 2012 : L’air de rien) met en scène la rencontre entre deux protagonistes fâchés avec la réussite et qui, après bien des déconvenues, apprendront peut-être à retrouver un soupçon de confiance en l’existence et en eux-mêmes.

On oublie les comédies poids lourd qui, l’été venu (et, hélas, pas seulement en cette saison !), envahissent les écrans et cherchent à draguer le présumé « grand public » en enchaînant les gags pachydermiques. Aux antipodes des conventions désolantes, le cinéaste des

Lire la suite