Les paresseux géants étaient carnivores

·1 min de lecture

Les paresseux actuels sont des mammifères herbivores, bien connus pour leur lenteur et leur vie arboricole. Les cousins de ces paresseux étaient pourtant bien différents au cours du dernier âge glaciaire du Pléistocène, il y a environ 12.000 ans. Le paresseux terrestre de Darwin se déplaçait en effet sur la terre ferme, pouvait mesurer plus de trois mètres de long et peser deux tonnes.

Le paresseux géant du genre Megatherium vivait en Amérique du Sud jusqu'à la fin du Pléistocène et rivalisait en taille avec les éléphants actuels. © Le Mystère des Géants Disparus, French Connection Films
Le paresseux géant du genre Megatherium vivait en Amérique du Sud jusqu'à la fin du Pléistocène et rivalisait en taille avec les éléphants actuels. © Le Mystère des Géants Disparus, French Connection Films

Une étude parue dans le journal Scientific Reports suggère en plus aujourd'hui que cette espèce de paresseux n'était pas herbivore, comme le sont ses cousins actuels. Jusqu'alors, Mylodon darwinii (en Amérique du Sud) et Nothrotheriops shastensis (en Amérique du Nord) étaient en effet considérés comme étant herbivores, notamment en raison de la forme de leurs mâchoires, ces dernières ne semblant pas adaptées à la chasse ni à des activités de déchiquetage et de mastication puissantes.

Une mâchoire trompeuse

La morphologie du squelette a pourtant joué des tours aux paléontologues en ce qui concerne ces espèces de paresseux géants car l'analyse des isotopes dans les poils de ces espèces disparues montre qu'elles étaient omnivores.

Comparaison des rapports isotopiques de l'azote entre des espèces actuelles et éteintes ayant des régimes alimentaires distincts (voir Mylodon et Nothrotheriops pour les paresseux géants et Urocyon et Chaetophractus pour les renards gris et les tatous omnivores par exemples). © Tejada et al., 2021
Comparaison des rapports isotopiques de l'azote entre des espèces actuelles et éteintes ayant des régimes alimentaires distincts (voir Mylodon et Nothrotheriops pour les paresseux géants et Urocyon et Chaetophractus pour les renards gris et les tatous omnivores par exemples). © Tejada et al., 2021

L'analyse isotopique de l'azote contenu dans certains acides aminés de ces paresseux disparus révèle des similarités avec des omnivores actuels tels que des renards gris et des tatous plus qu'avec des herbivores stricts comme les paresseux actuels. Les auteurs soulignent en revanche que ces paresseux géants étaient des consommateurs de viande opportunistes et se...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles