De la "paresse intellectuelle": un député de la majorité critique la réforme des retraites

De la "paresse intellectuelle": un député de la majorité critique la réforme des retraites
L'hémicycle de l'Assemblée nationale photographiuée lors d'une séance de questions au gouvernement à Paris le 10 janvier 2023 - JULIEN DE ROSA © 2019 AFP
L'hémicycle de l'Assemblée nationale photographiuée lors d'une séance de questions au gouvernement à Paris le 10 janvier 2023 - JULIEN DE ROSA © 2019 AFP

Un nouveau député de la majorité prend ses distances avec le gouvernement. Après Patrick Vignal et Barbara Pompili, qui ont annoncé qu'ils ne voteraient pas la réforme des retraites sans modification, c'est Jean-Charles Larsonneur qui fait défection. Dans un communiqué publié ce lundi, ce député apparenté au groupe d'Horizons, formation d'Édouard Philippe, annonce qu'il "réserve son vote, qui n'est pas acquis."

Cet élu du Finistère ne se dit que "guère enthousiaste devant la réforme qui sera soumise début février au Parlement."

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Un "manque d'ambition pour simplifier le système actuel"

Jean-Charles Larsonneur explique d'abord qu'il est plutôt favorable à une retraite par point, comme initialement prévu par Emmanuel Maron en 2019-2020. "Je regrette aussi que, peut-être par paresse intellectuelle, nous n'ayons pas exploré d'autres modèles qui allient répartition et capitalisation dans une caisse commune", écrit-il.

Le député voudrait en réalité aller plus loin, même s'il reconnaît le "mérite" du texte actuel, qui combine report de l'âge légal et augmentation de la durée de cotisation. Il déplore toutefois la "brutalité" de la réforme et le "manque d'ambition pour simplifier le système actuel."

Jean-Charles Larsonneur propose donc de "supprimer l'âge légal de départ, pour ne conserver que la durée de cotisation portée à 43 ans avec un mécanisme de décote." "À défaut", le député demande que "l'âge légal soit porté à 63 ans (et non 64) avec une clause de revoyure en 2027."

Article original publié sur BFMTV.com