Parents stars en confinement : comment Elodie Gossuin, Claire Keim et les autres occupent leurs enfants ?

Gérer le quotidien du confinement avec ses gamins ? Un vrai casse-tête chinois ! Comme tous les parents, Elodie Gossuin, Franck Dubosc, Claire Keim... doivent chaque jour jongler entre l'école à faire à la maison, les divertissements, et les pauses câlins. De quoi s'arracher les cheveux. Force est de constater, l'école à la maison, c'est du travail à plein temps.

Confinée dans l'Oise avec Bertrand Lacherie, son warrior de mari, comme elle aime à le surnommer, l'animatrice de radio Elodie Gossuin, maman comblée de Rose et Jules, douze ans et de Léonard et Joséphine, six ans doit sérieusement jongler. L'ex-Miss France 2001 alterne le « Penser comme un proton : positif 💪🏻!! ( mamprof de chimie pour quelques semaines 😉) », pour les cours de cinquième de ses aînés, la lecture syllabiques Taoki avec ses plus petits en CP, et les "câlins craquages" quand son autorité vient à manquer.

L'acteur Franck Dubosc qui convenait encore récemment avoir du mal avec les devoirs de ses enfants, a trouvé le moyen pour joindre l'utile à l'agréable en proposant à son fils Milhan, âgé de 7 ans, de regarder un dessin animé en anglais.

Et quand l'école est finie ? Autre dilemme ! La comédienne Claire Keim a posté sur son compte Twitter une chanson réinterprétée de Bruno Mars, intitulée Lazy Song, à l'attention des confinés, accompagnée au chant par sa fille, Uhaina, 11 ans, fruit de ses amours avec Bixente Lizarazu. Enceinte de six mois d'un petit garçon, Rachel Trapani, 31 ans, confinée à Saint Lô a improvisé

Retrouvez cet article sur GALA

"Prête à tout pour faire le buzz" : un député tacle sévèrement Ségolène Royal
Kate Middleton bébé dans les bras de sa maman Carole : cette photo inédite
Une actrice des Mystères de l'amour, Carole Dechantre, infectée par le coronavirus
Kate Middleton et William, des parents comme les autres : ce plaisir cédé à leurs enfants pendant le confinement
Anne-Sophie Lapix éloignée de ses enfants : « Je préfère travailler que ronger mon frein »