Les parents du petit Grégory "choqués" par le sexisme d'un policier dans le documentaire de Netflix

1 / 2

Les parents du petit Grégory "choqués" par le sexisme d'un policier dans le documentaire de Netflix

Les propos tenus par un policier dans la série documentaire Netflix consacrée à l'affaire Grégory n'ont pas laissé les téléspectateurs de marbre. Dans la série sortie le 20 novembre sur la célèbre plateforme de streaming, un ancien commissaire de police fait part de ses soupçons persistants à l'égard de Christine Villemin. Pour Jacques Corazzi, la mère de l'enfant pourrait être coupable de la mort de Grégory: des soupçons qu'il expose avec, pour seule justification, des propos outrageusement sexistes.

Des propos qui n'ont pas surpris que les téléspectateurs de Netflix. Selon Le Parisien, les parents du petit Grégory Villemin se sont dits "choqués" par les mots utilisés par le policier dans le troisième épisode de la série. 

Me Marie-Christine Chastant-Morand, avocate de Jean-Marie et Christine Villemin, affirme que ses clients "ont été choqués de ces propos tenus, tant d'années plus tard. Comme si la justice dépendait d'une façon de s'habiller… Monsieur Corazzi s'arrête à son enquête, qui a pourtant été remise en cause depuis", ajoute l'avocate.

Christine Villemin blanchie en 1993

Adossé à un bar face aux caméras de Netflix, Jacques Corazzi déroule ses raisons de croire que Christine Villemin pourrait avoir tué son fils de 4 ans en 1984. À l'époque des faits, il est à la tête du SRPJ de Nancy. L'ancien commissaire raconte avoir été surpris par la tenue de la mère de l'enfant lors d'une audition.

Il la décrit...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi