Parents anxieux : de sérieuses conséquences sur l'alimentation des enfants ?

Parents anxieux : de sérieuses conséquences sur l'alimentation des enfants ?

Selon une étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Loughborough, les parents qui souffrent d’anxiété auraient tendance à contrôler de manière excessive l’alimentation de leurs enfants. Un risque sur le long terme.

Le saviez-vous ? Les parents anxieux ou dépressifs auraient tendance à mettre la pression à leurs enfants pour qu’ils mangent ou au contraire à les restreindre afin de contrôler leur poids. Pis, ils utiliseraient la nourriture comme régulateur émotionnel et comme récompense. Pour parvenir à ces résultats, des chercheurs britanniques de l’Université de Loughborough ont mené une expérience auprès de 415 mères de famille. Ils ont mesuré leur niveau d’anxiété, de dépression et ont déterminé si elles avaient des troubles alimentaires.

Ils ont également étudié la façon dont elles s’y prenaient pour faire manger leurs enfants âgés de 2 à 4 ans et leur ont demandé si elles les incitaient à participer à la préparation des repas. Au cours de cette étude, les mères de famille ont dû attribuer des points à différentes affirmations : “J’encourage mon enfant à manger une variété d’aliments”, “je limite la nourriture que mon enfant mange qui pourrait le faire grossir”, “j’offre à mon enfants ses aliments préférés en échange d’un bon comportement”, “je montre à mon enfant combien j’aime manger des aliments sains”, “si mon enfant ne mange qu’une petite portion, j’essaye de lui faire manger plus.”

Un impact négatif sur le long terme, mais pas que...

Les scientifiques ont ensuite croisé toutes ces données et ont conclu que les “troubles de santé mentale” chez les parents auraient, sur le long terme, un impact négatif sur le comportement alimentaire de leurs enfants. Cela pourrait, par exemple, conduire au surpoids ou à l’obésité ou à l’inverse pousser les enfants à ne presque rien manger. “Si vous êtes stressé ou anxieux, vous pourriez être plus susceptible de céder à votre enfant quand il réclame de manger des aliments qui ne sont pas sains pour sa santé”, a expliqué le Dr Emma Haycraft qui a contribué à cette expérimentation.

La spécialiste a également déclaré : “Aider les enfants à bien manger est un objectif pour de nombreux parents. Ces résultats sont importants car ils suggèrent que certaines mères qui souffrent d’anxiété pourraient avoir plus de mal à promouvoir des habitudes alimentaires saines auprès de ses enfants”. Pour elle, cette étude pourrait aider les professionnels à “soutenir les efforts de prévention de l’obésité infantile”.

Cette étude est toutefois à relativiser. Car, comme l’indique la revue, certaines de ces mères de famille seraient davantage en capacité de transmettre des pratiques alimentaires adaptées à leurs enfants. Elles n’hésiteraient pas à transmettre leurs connaissances en matière d’alimentation et seraient plus vigilantes sur la variété d’aliments consommés et l’équilibre alimentaire.