Parcoursup : "Il y a quand même des quotas" pour répartir les étudiants franciliens, admet un président d'université

franceinfo
François Germinet, président de l’Université de Cergy-Pontoise, admet sur franceinfo que si plusieurs ajustements ont été réalisés sur la plate-forme Parcoursup, il subsiste toujours des quotas de répartition. Les premières réponses aux vœux d'orientation des lycéens seront dévoilées dans la soirée.

Les premières réponses aux vœux d'orientation des lycéens seront dévoilées ce mercredi soir, à 19 heures, sur Parcoursup pour cette deuxième saison. Quelque 900 000 candidats sont inscrits, principalement des lycéens de terminale et des étudiants en réorientation. Quelques ajustements ont été réalisés cette année : un calendrier raccourci et une tentative de réduire les inégalités via des dossiers anonymes : pas de nom, pas d'adresse mais toujours le lycée d'origine en revanche. "Il avait été question d'anonymiser les lycées. Je pense qu'il faudra attendre la réforme du bac pour y arriver", explique, sur franceinfo mercredi 15 mai François Germinet, président de l'université de Cergy-Pontoise et vice-président de la commission formation et insertion professionnelle de la CPU (Conférence des présidents d'université).

franceinfo : Il n'y aura pas de fiasco cette année comme l'an dernier, où 400 000 élèves n'avaient pas d'affectation au premier jour ?

François Germinet : Je ne suis pas d'accord avec vous. L'an dernier, l'ensemble des candidatures ont pu être examinées dans les temps. C'était le 22 mai à l'époque. Là, c'est une semaine plus tôt. Ce qui avait posé problème l'année dernière, c'était la convergence du processus et le fait que les jeunes n'avaient pas forcément les réponses tout de suite. Ils étaient beaucoup en attente. Ca va aller beaucoup plus vite (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi