Parc Astérix : 5 choses à savoir sur le deuxième parc de France qui fête ses 35 ans en 2024

35 ans d’existence, par Toutatis ! Avec 2,8 millions de visiteurs en 2023, le parc Astérix a su se faire une place de choix derrière Disneyland Paris. Depuis son ouverture le 30 avril 1989, le plus grand parc des Hauts-de-France n’a jamais cessé les investissements pour offrir à ses visiteurs la plus belle plongée dans l’univers d’Uderzo et Goscinny. L’occasion d’en savoir plus que vous soyez fan du petit gaulois à moustache ou simple curieux.

Parc Astérix : 5 choses à savoir sur le parc gaulois qui fête ses 35 ans en 2024 (Crédit : Getty Images)

Ouvert en 1989 dans l’Oise, le parc Astérix a connu ses prémices à Nice vingt-deux ans auparavant. Aussi surprenant que cela puisse être, un premier site a vu le jour le temps d’une saison, du 1er juillet au 15 septembre 1967, à proximité de l’aéroport niçois, sur les berges du Var. Loin du succès escompté, le parc ferme très vite ses portes. Mais il en faudra plus pour décourager les deux papas d’Astérix.

Émerveillés par l’univers de Walt Disney et fortement inspirés par son parc californien, Albert Goscinny et René Uderzo retentent l’aventure d’un parc sur le thème d’Astérix plusieurs années plus tard. "Pourquoi ne tenterions-nous pas de [...] créer également, sur notre territoire, un parc à thème dans l’esprit de celui de chez Disney ?", écrit René Uderzo dans Uderzo se raconte (éditions Stock). Idéalement situé entre Paris et Lille, à seulement 15 minutes de l’aéroport de Roissy, la commune de Plailly, dans l’Oise, est retenue pour accueillir le projet malgré les oppositions de certains habitants qui surnomment le projet "Astérixland". 850 millions de francs (environ 130 millions d'euros) sont investis et deux ans de travaux sont nécessaires pour que le parc voit le jour. Le jour de l’inauguration, Jack Lang, alors ministre de la Culture ne manque pas d’éloges pour le nouveau parc : "Un univers de poésie, de beauté et un univers d’humour. Un lieu idéal de rencontre entre l'histoire, la culture, l’environnement, le jeu, la découverte et le plaisir d’être ensemble".

Albert Uderzo en compagnie d'Obélix et Astérix lors de l'ouverture du Parc  le 28 mars 1989 (Crédit : Frédérique REGLAIN/Gamma-Rapho via Getty Images)
Albert Uderzo en compagnie d'Obélix et Astérix lors de l'ouverture du Parc le 28 mars 1989 (Crédit : Frédérique REGLAIN/Gamma-Rapho via Getty Images)

En 1992, les kilomètres d’embouteillages, les parkings débordés et les visiteurs refoulés dûs au succès de l’ouverture du parc trois ans auparavant semblent être un lointain souvenir. Cette année-là, le sort s’acharne à Plailly. En plus de la grève des routiers qui bloque pendant dix jours l’accès au parc en juillet, l’ouverture d’Eurodisney à Marne-la-Vallée le 12 avril 1992 vient enfoncer le clou. 300 000 visiteurs manquent à l’appel et le parc voit son chiffre d’affaires passer à 170 millions de francs (environ 26 millions d'euros), contre 220 millions (environ 32 millions d'euros) en 1991. Des chiffres qui font craindre la faillite. Mais le Parc Astérix résiste, malgré tout, encore et toujours à l’envahisseur. À coup d’investissements, il parvient à se sortir du rouge et 1994 marque une année record en terme de fréquentation.

À LIRE AUSSI >> Le Puy du Fou : 5 choses à savoir sur le parc à thème français multi-récompensé mais aussi décrié

En 1993, un autre élément vient cependant s’ajouter aux déboires du parc et ternir sa réputation. Suite au décès de deux dauphins dans le delphinarium, Brigitte Bardot demande la fermeture du bassin, l’arrêt des captures et la remise à la mer de tous les animaux. Les demandes des associations et des ONG auront mis vingt-huis ans à se faire entendre avec la fermeture définitive du delphinarium en 2021, à l’aube du débat sur la maltraitance animale à l’Assemblée nationale.

"Prouvez votre courage en montant à bord d’une attraction unique au monde. Avec ses 110 km/h et ses 51 mètres de haut, Toutatis est l’attraction la plus rapide de France !" La page de l’attraction Toutatis sur le site web du parc de loisirs annonce la couleur. 1 328 mètres de long, 23 "airtimes" (ces instants où l’on décolle du siège), sept accélérations, quatre catapultages, une chute inclinée à 101°, les chiffres de cette nouvelle attraction inaugurée en avril 2023 sont vertigineux. Delphine Pons, directrice générale du Parc Astérix, insiste sur ce moment historique dans Le Point : "Toutatis, c'était un gros coup. On peut dire que dans l'histoire du parc, il y a eu un avant et un après Toutatis". 36 millions d’euros, plus grosse somme investie par le parc depuis son ouverture en 1989, ont été nécessaires pour créer la nouvelle zone de trois hectares où se trouve cette attraction à couper le souffle.

Forêt d’Idéfix en 2014, nouveaux spectacles en 2015, Discobélix en 2016, Pégase Express en 2017, Aerolaf en 2018, Attention Menhir en 2019… Avant d’être interrompu dans son élan par l’arrivée du Covid, le parc Astérix mène depuis longtemps une politique d’investissement pour satisfaire au mieux ses visiteurs. En 2023, l’arrivée de l’attraction Toutatis a définitivement relancé la machine à créer des nouveautés. En 2024, le parc réitère avec l’arrivée de nouvelles attractions pour se démarquer de la concurrence. Inaugurée par Numerobis en personne - aka Jamel Debbouze - la Tour de Numérobis offre aux courageux une ascension de 40 mètres récompensée par une vue panoramique sur le parc, le tout confortablement installé dans de petites chaises volantes. Nouveau spectacle, grand banquet, attraction La revanche des pirates - Le Grand Splatch repensée… Pour son 35e anniversaire, le parc n’a pas lésiné sur les moyens. En 2025, une montagne russe familiale est déjà prévue avec des sièges face à face.

Fort de ses 2,81 millions de visiteurs en 2023, le parc peut continuer de rêver en grand. D’ici 2029, 3,54 millions de personnes sont espérées par an avec une envie d’accueillir de plus en plus de visiteurs venant de loin. "L'été, on a 20 % d'étrangers sur le parc Astérix, ce qui est quand même une proportion assez importante, et, en tout cas, beaucoup plus importante que par le passé", précise Delphine Pons dans une interview à Franceinfo.

Pour répondre à cette hausse de la clientèle, le site de loisirs prévoit déjà une augmentation de sa capacité hôtelière, passant de 450 à 858 chambres. Nouveaux restaurants, aire de jeux aquatique, attractions familiales en extérieur et en intérieur, amélioration des accès au parc, arrivée probable en 2028 d’une montagne russe en intérieur avec chute libre… Au total 200 millions d’euros sont prévus entre 2025 et 2028. Rendez-vous est donc pris autour d’un banquet riche en sensations et sangliers pour le 39e anniversaire du parc !