Paramilitaires russes en RCA : Valery Zakharov réagit aux propos du chef de la Minusca

·2 min de lecture

Valery Zakharov, le très influent conseiller du président Touadéra à la sécurité intérieure a réagi vendredi aux propos tenus sur RFI par Mankeur Ndiaye le chef de la Minusca en Centrafrique. De retour de Russie, ce dernier a déclaré sur nos ondes que Moscou acceptait de coopérer à l’enquête des Nations unies ouverte sur des allégations d’exactions commises par des paramilitaires russes en Centrafrique. Ces déclarations sont « fausses » a réagi Valery Zakharov sur son compte Twitter.

L’agacement est perceptible dans cette réaction. Valery Zakharov, conseiller spécial du président Touadéra pour la sécurité intérieure assure sur Twitter avoir appelé vendredi le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Verchinine, après avoir entendu les propos tenus sur RFI par le chef de la Minusca.

Le vice-ministre lui aurait alors assuré, écrit-il, que les « crimes » imputés par un groupe de travail de l’ONU sur les mercenaires à des paramilitaires russes en Centrafrique n’auraient pas été évoqués lundi au cours de l’entretien entre les deux hommes.

Pourquoi le conseiller du président Touadéra a-t-il pris l’initiative de ce coup de téléphone ? Lui, qui ne représente officiellement aucune autorité russe à Bangui, même s’il est réputé proche de Moscou et prompt à prendre position sur l’actualité centrafricaine sur les réseaux sociaux, pour défendre l’action de son pays.

A lire aussi : Centrafrique: des experts de l’ONU alertent sur de possibles exactions «imputables» à des paramilitaires russes

Côté officiel russe, pas de réaction aux propos du chef de la Minusca pour le moment. Mi-mars, l’ambassadeur russe à Bangui, Vladimir Titorenko, avait par ailleurs indiqué que « Monsieur Zakharov », n’avait « rien lui-même à faire avec la Russie ». Il est le conseiller du président centrafricain, mais pas « le responsable des instructeurs russes » ni « de notre mission militaire », avait alors expliqué l’ambassadeur.

Autre réaction, celle du Groupe de travail de la société civile sur la crise centrafricaine (GTSC). Son porte-parole Paul-Crescent Beninga, accuse Mankeur Ndiaye de « complicité avec les rebelles », lorsque celui-ci estime que pour ramener la paix dans en Centrafrique, il ne faut exclure de dialoguer avec les membres de groupes armés qui n’ont pas commis de crimes et ont manifesté de leur volonté de quitter la rébellion en cours.

A écouter et lire aussi : ONU: Moscou va coopérer à l'enquête sur les paramilitaires russes en RCA, selon M.Ndiaye