Paradis fiscaux : la France a récupéré 10 milliards grâce à l’échange de données

Grâce au échanges des données bancaires, 47 millions de comptes bancaires ont été identifiés pour un le montant qui s'élèvent à près de 5 000 milliards d'euros

Grâce aux échanges des données bancaires entre les pays, le nombre de comptes bancaires dans les paradis fiscaux a baissé de 20% à 25%.


L'échange automatique d'information a permis à une vingtaine de pays de collecter 95 milliards d'euros d'impôts depuis 2009 sur des comptes bancaires situés à l'étranger. Rien que pour la France, ce sont environ 10 milliards qui sont tombés dans l'escarcelle de Bercy en dix ans.

Et ce n'est pas terminé... Ces sommes ont été collectées avant la mise en place effective de l'échange automatique d'information appliquée depuis la fin de l'année dernière. Les titulaires des comptes ont disposé d'un délai pour régulariser leur situation avec le fisc.

L'entrée en vigueur des échanges automatiques dans 90 pays a permis de lever le voile sur 47 millions de comptes bancaires sur lesquels étaient déposés près de 5 000 milliards d'euros.

« La première étape de nos efforts »

« La communauté internationale a atteint un niveau de transparence fiscale sans précédent, qui aura des retombées concrètes sur les recettes publiques et sur les services qu’elles financent dans les années à venir », a expliqué le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría, en présentant ces nouvelles données avant une réunion des ministres des Finances des pays du G20 à Fukuoka, au Japon.

Sur une période qui va de 2000 à 2018, les dépôts bancaires sur des comptes dans les paradis fiscaux ont baissé de l'ordre de 20% à 25%. « Ces résultats impressionnants ne marquent que la première étape de nos efforts collectifs », a ajouté le secrétaire général de l’OCDE.

Selon lui, «des rentrées fiscales encore plus conséquentes sont attendues à mesure que les pays continuent de traiter les informations reçues par recoupement de données et avec d’autres outils d’analyse. Nous nous rapprochons vraiment d’un monde où les fraudeurs n’auront plus nulle part où se cacher. »



Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Facebook s’éloigne à son tour de Huawei, au cœur d’inquiétudes mondiales
Les ex-Whirlpool, devenus WN, attendent des commandes... ou un nouveau repreneur
New Look France : pas de repreneur pour les magasins, 350 licenciements en vue
Retraite : un bonus-malus pour repousser l’âge de départ à 64 ans ?
Bug du site des impôts : deux enquêtes ouvertes pour suspicion de cyberattaque