Paradis fiscaux: la contre-liste noire des militants anti-évasion fiscale est nettement plus fournie que celle de l'UE

Anthony Berthelier
Paradis fiscaux: la contre-liste noire des militants anti-évasion fiscale est nettement plus fournie que celle de l'UE

POLITIQUE - Liste non-exhaustive. Mardi 5 décembre, les 28 ministres des Finances de l'Union européenne se sont dotés d'une liste noire de dix-sept pays considérés comme des paradis fiscaux opérant hors de leurs frontières. Une première certes historique pour l'UE mais qui est bien loin de convaincre les associations et militants anti-évasion fiscale.

Figurent dans cette liste rouge de pays qui "n'ont pas pris les engagements nécessaires": Bahreïn, Barbade, Corée du Sud, Emirats Arabes Unis, Grenade, Guam, Îles Marshall, Macao, Mongolie, Namibie, les Palaos, Panama, Samoa, les Samoa américaines, Sainte Lucie, Trinidad et Tobago et la Tunisie.

Comme vous pouvez le voir ci-dessus, aucun pays de l'Union européenne n'apparaît dans cette liste, ce qui signifie que les îles anglo-normandes comme Jersey ou Man, souvent pointées du doigt, ne sont pas concernées. Le Luxembourg ne l'est pas non plus car, membre de l'UE, il est censé appliquer le droit européen en matière de lutte contre la fraude. De quoi susciter le mécontentement des associations et militants qui dressent une liste beaucoup plus fournie, tout en critiquant " la pression politique."

L'économiste Maxime Combe, engagé dans le mouvement altermondialiste, notamment à travers Attac estime que la blacklist de l'Union européenne est "une blague". Il dresse, sur Twitter, une liste d'Etats qui échappent aux mailles du filet.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages