Des paquets moins remplis pour le même prix : la «shrinkflation» dénoncée par une association

SICCOLI PATRICK/SIPA

La "shrinkflation" (du verbe "shrink", rétrécir) désigne la pratique consistant, pour les industriels, à masquer les hausses de prix des produits vendus en réduisant leur poids. Une pratique qui se répand en France.

Des prix qui bougent peu sur les étiquettes, mais des paquets moins remplis: l'association Foodwatch a accusé jeudi des entreprises agro-industrielles fabriquant des produits bien connus des Français, comme l'eau Salvetat ou le fromage Kiri, de faire peser sur les consommateurs une "inflation masquée".

Néologisme venu du monde anglo-saxon, la "shrinkflation" (du verbe "shrink", rétrécir) désigne la pratique consistant, pour les industriels, à masquer les hausses de prix des produits vendus en réduisant leur poids.

Lire aussi:Croissance, budget, inflation... Les dossiers explosifs de la rentrée

L'association Foodwatch, qui "milite pour la transparence dans le secteur agroalimentaire", a ainsi épinglé jeudi, dans un communiqué et dans l'émission "Complément d'enquête" diffusée sur France 2, "six marques qui ont modifié la taille de leurs produits-phares ces dernières années".

Elle relève que l'eau Salvetat, propriété de Danone, a réduit en 2020 la taille de ses bouteilles de 1,25 litre à 1,15 litre. Si le prix au litre "a augmenté chez Intermarché de 15%", "le prix à l'unité a augmenté de 5%", calcule l'association, qui note que la mention "Format généreux comme les gens du Sud" a disparu de l'étiquette.

Précisant que "la mention 1L15 figure sur les étiquettes de chaque bouteille", Danone a répondu auprès de l'AFP que la Salvetat s'était ainsi "rapprochée du format standard des eaux pétillantes du marché", de 1 litre. Danone dit en outre ne pouvoir "que conseiller un prix (de vente, NDLR) aux distributeurs" auxquels il fournit ses produits.

Autre exemple cité par Foodwatch, le fromage Kiri, qui a réduit la taille de la portion de son fromage fondu de 10% il y a un an et demi, avec des portions passées de 20 à 18 g.(...)


Lire la suite sur Paris Match