Publicité

Papillomavirus: 10% des élèves de 5e vaccinés au collège, selon des premiers chiffres

Environ 10% des élèves de 5e ont reçu la première dose de vaccin contre le papillomavirus, selon des premiers chiffres officiels provisoires obtenus jeudi par l'AFP, loin des 30% espérés par le gouvernement pour cette première campagne (Damien MEYER)
Environ 10% des élèves de 5e ont reçu la première dose de vaccin contre le papillomavirus, selon des premiers chiffres officiels provisoires obtenus jeudi par l'AFP, loin des 30% espérés par le gouvernement pour cette première campagne (Damien MEYER)

Environ 10% des élèves de 5e ont reçu la première dose de vaccin contre le papillomavirus, selon des premiers chiffres officiels provisoires obtenus jeudi par l'AFP, loin des 30% espérés par le gouvernement pour cette première campagne.

"Selon des remontées parcellaires des agences régionales de santé, au moins 92.262 élèves ont été vaccinés dans les collèges au 23 décembre 2023", a indiqué la Direction générale de la Santé.

"A ce stade de la campagne de vaccination HPV (acronyme anglais pour papillomavirus humain) au collège, les chiffres montrent un taux de vaccination des élèves de 5e autour de 10%", selon la même source.

L’objectif attendu pour cette première édition de la campagne était d’au moins 30% des élèves de 5e vaccinés, selon le ministère de la Santé début septembre.

Interrogé sur le sujet en novembre par l'AFP, l'ex-ministre de la Santé Aurélien Rousseau avait reconnu que l'objectif ne serait sans doute pas tenu, tout en espérant que 150.000 élèves de 5e pourraient être vaccinés cette année.

"C'est un début, il faudra de la ténacité", avait-il estimé, évoquant une hétérogénéité entre les régions et les familles et une nécessité "d'adapter les outils".

Début janvier, des responsables de la Société française de colposcopie et de pathologie cervico-vaginale (SFCPCV) ont estimé que cette vaccination était loin des attentes, avec un premier aperçu "décevant".

Pour la SFCPCV, la campagne a pâti, entre autres, d'une organisation administrative "un peu lourde et compliquée".

Grâce à la campagne d’information et de communication déployée depuis septembre par l’Institut national du Cancer (Inca), "il est possible que l’opération de vaccination proposée au collège se traduise par une augmentation des vaccinations en ville", a jugé la Direction générale de la Santé.

Une première estimation du nombre total d’élèves vaccinés pour la première dose sera réalisée durant le premier trimestre 2024, et le bilan complet de cette première année de campagne ne sera connu qu’à la fin de l’année scolaire.

Promise début 2023 par le président Emmanuel Macron, cette campagne de vaccination contre les papillomavirus humain (HPV), à l'origine de nombreux cancers comme celui du col de l'utérus, a été lancée début octobre.

Elle a concerné tous les collèges publics et les collèges privés volontaires.

ito-ic/alu/alc