Le pape recommande aux confesseurs de "ne pas hésiter" à recourir aux exorcistes

Dans un livre à paraître le 6 septembre prochain, sous le titre Politique et société, le pape François se livre aux questions de l'intellectuel français Dominique Wolton. Des sujets de société les plus épineux aux souvenirs personnels, les deux hommes ont embrassé de nombreux horizons.

Le pape François a recommandé ce vendredi aux prêtres de ne pas hésiter à recourir à des exorcistes locaux lorsqu'ils sont témoins de grands désordres spirituels dans le confessionnal. Un bon confesseur doit être "un homme de discernement", en particulier lorsqu'il est confronté à "de véritables désordres spirituels", a souligné le souverain pontife devant des prêtres participant à une formation proposée par la pénitencerie apostolique, l'un des trois tribunaux du Vatican.

Le pape François fait souvent référence au diable   

Le pape a rappelé que ces désordres pouvaient être pour une large part "psychiques" et devaient donc être pris en compte "à travers une saine collaboration avec les sciences humaines". Néanmoins, le confesseur "ne devra pas hésiter à se référer", au sein de son diocèse, à "des exorcistes", "choisis avec beaucoup de soin et de prudence". L'exorcisme, auquel Jésus avait recours selon la tradition des Evangiles, revient à "chasser les démons", forces du mal qui "possèdent" une personne. La pratique n'est pas admise ou appréciée par tous dans l'Eglise.
    
Plus souvent que ses prédécesseurs, le pape François évoque la présence nocive du "diable", du "démon", de "Satan" dans le monde, et la nécessité de lutter contre cette présence par différents moyens. Dans une messe à la mémoire de Jacques Hamel, prêtre français égorgé par des jihadistes dans...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages